AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Jeu 9 Juin - 17:45

La brise familière, la douce brise... celle de son royaume, son pays, sa cité. Oui cette douce brise qu'elle aurait adoré sentir pour l'éternité sur sa peau. Cette odeur si familière comme l'oublier.

Lyana, ou plutôt Lynaëael de son vrai nom, avait les yeux fermés, sentant sur sa peau la « texture » d'une brise qu'elle connaissait si bien pour avoir passé 150 ans dans ce pays avec cette brise. Oui son pays... Elle rouvrit les yeux et vit le lac en contre bas, il scintillait, elle sonda les alentours et sa vue perçante ne vit absolument rien. Ses oreilles ne lui apportèrent pas plus d'informations sur la présence de quelqu'un autour, si ce n'est elle et Alarik qu'elle entendait remuer derrière elle.
Elle se retourna vers le jeune homme, enfin si l'on pouvait l'appeler ainsi, et le regarda de ses yeux rouges embrasés.


-Tu t'impatiente Alarik? Ne t'en fais pas nous allons bouger, je souhaitais simplement vérifier qu'il n'y avait personne qui nous suivait. Je possède des choses précieuses là-bas.


En disant cela elle désigna d'un signe de tête les ruines qui se trouvaient un peu plus loin, puis elle reprit son arc en main et repartit vers les ruines sans attendre la réponse d'Alarik. Elle se rendit vers le centre des ruines et y déposa ses affaires, puis elle regarda les ruines et son regard se perdit dans le lointain avec nostalgie.
Si quiconque avait pu avoir accès à son esprit et ce à quoi elle pensait, il y aurait vu la cité lorsqu'elle était encore debout. La cascade descendant des montagnes pour traverser la cité pleine de vie et se jeter ensuite dans le lac. A présent par contre la même cascade traversait des ruines sans vie, pour toujours se jeter dans ce même lac et ce, peut-être, pour l'éternité. L'eau n'avait pas creusé les pavés et la raison était simple les elfes avaient enchanté la pierre pour qu'elle ne s'érode pas au fil du temps.

Lyana prit dans sa sacoche une petite flute, puis regarda Alarik, elle lui devait quelques explications sur la raison de leur venue ici.


-Tu te trouves dans mon ancienne cité, j'y viens toujours à certains moment pour... rendre hommage à ceux qui se sont sacrifiés pour éviter qu'elle ne tombe aux mains de la reine Morgana. Je m'excuse si cela te déplait d'être ici je m'en excuse, mais c'est important pour moi.

Elle lui sourit amicalement, puis regarda autour d'elle à nouveau, elle porta ensuite la flute à ses lèvres et ferma les yeux. La mélodie s'éleva dans l'air, apaisante et joyeuse, comme si la cité reprenait vie par enchantement, dans l'esprit de Lyana elle revoyait chaque bal, chaque fête de solstice ou d'équinoxe, peut être Alarik pouvait-il aussi voir par la musique ce qu'elle voyait elle dans ses souvenirs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Jeu 9 Juin - 18:17

Les plaines cendrées, des ruines... Tout ceci était nouveau pour moi. Je ne connaissais rien de ce monde qui s'ouvrait enfin pour moi. Je n'étais pas venu de mon plein gré ici, mais j'accompagnais dame Minami. Nous avions parcourus divers paysage que je ne saurais vous décrire mais tout semblait m'émerveiller...

C'est ce que j'aurais aimé vous dire mais au lieu de cela j'avais ce vide en moi, un vide qui ne semblait pas vouloir ce combler. Après tout je ne sais pas ce qu'est un sentiment comme la nostalgie par exemple. Nostalgie qui ce lisait sur le visage de Lyaneaël.
Le vent ce prenait dans mes cheveux, s'engouffrait dans mon manteau et me rafraichissait légèrement. Le soleil était haut perché dans le ciel et sa chaleur légère était agréable. Je passa une main dans mes cheveux cherchant a les remettre en place pendant que je tournais sur moi même, examinant les lieux, cherchant une âme dans ce champ de ruine. Analysant tout pour déceler la meilleure façon de ce battre dans ce paysage.

J'étais agité et je ne faisais que bougé, je ne me sentais pas a ma place. Nous étions dans le pays des elfes du feu d'après ce que dame Minami m'avait dit. Ce pays autrefois si beau ressemblait a une plaine lunaire: pourtant c'était de là que venait mon créateur. J'étais donc relié a ce royaume déchu non?
Cette question ce répétait continuellement dans ma tête quand Lyaneaël m'adressa la parole. Elle avait remarqué mon impatience, ou plutôt cette agitation que je n'arrivais pas a cacher. J'avais le regard baissé, comme si je me faisais réprimandé, je n'osais même pas admirer le regard de braise de l'elfe. De plus elle aurait vu qu'il n'y avait personne dans les environs, cette elfe est vraiment puissante: existe t-il des personnes encore plus puissante?

Nous avancions plus profondément dans les ruines, Lyaneaël n'attendait pas de savoir si je la suivais ou pas: ce lieu lui tenait beaucoup a cœur. Connaissait-elle celui qui m'a créé?
Une autre question qui ce baladait dans un coin de mon esprit.
L'elfe continuait de regarder ce paysage avec mélancolie et nostalgie. J'étais perdu dans ce flot d'histoire qui semblait ce dégager d'ici.

Je ressemblais a un élève qui accompagne son maître: j'avais le droit a une leçon d'histoire avant que Lyana ne ce mette a faire de la musique. Je me permis de m'adresser a l'elfe:


-Je ne sais pas si ma remarque a un sens mais...*Mon regard ce perdis dans le vide, baissé vers le sol recouvert de grava*... a quoi bon avoir défendu un royaume au péril de sa vie, si c'est pour que ce royaume soit détruit.... C'est un sacrifice inutile sans vous vexer dame Minami...

[i]Je n'avais pas fait attention a mes paroles et ces dernières risquèrent de la blessé mais je n'avais pas conscience de cela.


-Je peux me permettre une question également, madame... Mon créateur était un être de votre race, vous le connaissiez?

Je sentais une tension dans ce lieu, je ne savais pas de quoi il s'agissait mais peut importe. Il fallait que je reste sur mes gardes: je protégerais cette elfe quoi qu'il en coute, en mémoire de ce créateur que je n'ai pas connu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Jeu 9 Juin - 19:30

J'avais voyagé quatre jour en compagnie de Saphira. Je n'étais jamais venu ici, étais-ce pas crainte ou avais-je envie d'oublier mes racines? J'avais cogité pendant trois jours pesant le pour et le contre. Le troisième jour j'avais décidé de partir vers les plaines cendrées. Pendant mon voyage j'étais passé par la forêt ou mes parents étais mort elle étais à 1,5 jours de voyage des ruines. Je mis étais arrêté et avais observé un des endroits que je détestais le plus dans tout l'univers. J'avais examiné une grotte qui étais sûrement celle ou je m'étais retrouvé 27 ans plus tôt, là que les elfes sylvains avais trouvé ses parents mort et lui dans cette grotte. Là qu'il étais devenu orphelin. Là qu'il étais peu être devenu le dernier de sa race ou un des derniers... J'étais maintenant un jeune homme de 27 ans je devais passer à autres choses.
"Si on reste trop attaché au passé on peux être sûr de raté le présent." Lui avais dis un jour Arya. J'avais avancé toute une après-midi dans la forêt et à la sortie un désert humain. Aucun signe de vie à l'horizon, sauf les ruines que l'ont imaginais difficilement dans la chaleur de l'été. Aucune végétation depuis plus de 100 ans!

"Cet endroit est mort!" pensais-je dans ma tête.
"Oui c'est vrai et la nourriture sera un problème pas une plante ou une bestiole à l'horizon! Et pas question que je mange de la terre!" me répondit Saphira.

-Bon, avançons! avais-je conclu à voie haute.

Saphira me pris sur son dos et nous partions vers les ruines de nos ancêtres. Pendant ce vol nous discutions et donnions notre avis sur comment devais être la région avant d'être brûlé. Moi je pensais à une plaine vaste et fleuri avec un lac qui était encore présent et des gens qui se promenaient, qui étais heureux. Saphira pensait à la même chose que moi mais elle imaginait des dragons dans le ciel voltigeant, rasant le sol, avec des cavaliers ou non, elle aurait aimé être là à cette époque révolu.
La nuit tombé les deux voyageurs avaient juste fait un feu de camp et j'avais dormi sous l'aile droite de Saphira qui servait de couverture. Nous nous réveillâmes tout deux de bonne heure, environ 5h et partir à pied jusqu'au lac à côté des ruines et se rafraîchirent un instant dans la source d'eau claire. Je tendis l'oreille et entendu le doux son d'une flûte.

"Saphira! Nous ne sommes pas seul!" dis-je d'un ton affolé.
"Oui j'ai entendu moi aussi."elle avais l'air inquiète.
"Qui sont-t-ils à ton avis?"
"Je ne sais pas mais il peux s'agir d'un autre elfe de feu!"elle avais soudain l'air heureuse pour moi.
"Oui alors dirigeons nous vers le bruit."

Je commença à me diriger vers le bruit, mais Saphira m'attrapa et me mis sur son dos.

"Si il y a danger je pourrais m'envoler. C'est plus prudent."

J'approuva d'un signe de tête et elle s'envola puis traversa la ville lentement pour distinguer avec précision tout les détaille architecturaux que possédait la ville fantôme. Je vis une personne qui jouais de la flûte et une personne qui l'écoutais. Je vis tout de suite que la musicienne car c'était un femme avais des yeux comme les miens et des oreilles pointu. J'étais heureux mais je ne pris pas la peine de crier de joie. Saphira se posa en haut d'un bâtiment et je commença à courir vers l'elfe. Elle m'avais vu mais elle continuez sa mélodie, une très belle mélodie. Arrivé à environ 5 mètre de l'inconnue je dis:

-Êtes vous une elfe de feu? Et êtes vous la seule elfe? Pouvais-vous me dire comment notre race est tombé?

Ce n'était peu être pas poli mais j'avais cherché pendant 27 de revoir quelqu'un de ma race. La personne à côté de l'elfe de feu me semblait étrange, il n'avait pas l'air d'apprécier la musique. Je repris ma respiration et fit une courbette devant l'elfe inconnue:

-Désolé pour ce manque de politesse, je me nomme Loadon Droggrin, je suis également un elfe de feu. Puis-je connaître votre nom madame, ainsi que celui de votre compagnon?

Je n'étais pas du tout habitué à faire des formules de politesse mais cette personne était pour moi la personne la plus important à mes yeux, à part Saphira. Saphira se permis de dire mentalement à l'elfe:

"Bonjours je suis Saphira le dragonne de ce jeune homme. Il est lui aussi un elfe de feu et croyais-moi, il est plus heureux que jamais d'avoir trouvé quelqu'un de sa race, il croyait être le seul encore vivant."

Elle était heureuse elle aussi heureuse pour moi. J'attendis donc la réponse de l'elfe...
Revenir en haut Aller en bas
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Jeu 9 Juin - 21:49

Lyana poursuivit sa musique un moment encore sans répondre à Alarik, puis elle laissa la dernière note vibrer dans l'air, puis elle se tourna vers le garçon et le regarda un moment le regard neutre, cherchant ses mots. Pourquoi avoir détruit un royaume que l'on a défendu...

-Pour répondre à la première de tes questions... Protéger un royaume au péril de sa vie, puis le détruire lorsqu'on voit que tout est perdu... je n'ai pas choisi de le détruire, mais c'est mieux ainsi pour le moment. Nous possédions un savoir en magie qui dépassait l'imagination, un mot, mettons par exemple : mort, peux tuer n'importe qui porte ce mot ou l'a inscrit sur un objet qu'il possède. Un savoir que Morgana convoite... J'ai détruit ce royaume moi-même, cependant je ne l'ai jamais souhaité...

Elle resta un long moment silencieuse avant de se décider à lui répondre.

-Quant à ta seconde question, c'est possible que je l'ai connu, mais il m'a été impossible de le reconnaitre.

Elle recommença à jouer à nouveau, mais entendit parfaitement le battement d'ailes d'un dragon et l'atterrissage de celui-ci. Elle vit un jeune elfe approcher et eu du mal à rester concentrer sur sa musique en l'apercevant. Les yeux couleur de feu... impossible et pourtant. Elle termina sa mélodie et tourna immédiatement ses yeux vers Alarik.

-Ne lui fait rien, attend.

Elle se leva, gardant sa flute en main et tourna autour de l'elfe de feu, le détaillant de la tête aux pieds. Si elle ne répondit pas tout de suite à l'elfe elle se tourna vers la dragonne bleue et sourit gentiment et s'inclina avec politesse, puis elle se tourna vers l'elfe et pencha la tête sur le côté tout en continuant de l'observer.

-Bonjour à vous deux dragons et dragonniers, bienvenue dans l'ancienne cité d'Adranyël. Vous êtes bien impatient tous deux... trop de questions à la fois, prenez votre temps nous l'avons. Je me nomme Lyanëael Minami... voici Alarik Elensar. Trêve de formalité... Je vais répondre à deux de tes trois questions précédentes.

Elle ferma les yeux quelques secondes et vit défiler des scènes du combat contre Morgana et ses armées. Elle n'avait pas encore le coeur à raconter son histoire. Un jour viendrais, mais pas encore. Elle rouvrit les yeux.

-Je suis effectivement une elfe de feu, la reine, enfin l'ancienne reine, de ce pays. J'ignore s'il en existe d'autre à part vous et moi... Quant à la dernière question je ne peux y répondre, non pas parce que je l'ignore, mais parce que je n'ai pas encore le coeur à raconter cette histoire.

Elle sourit d'excuse et puis se tourna vers les restes de la cité elfique. Tout, elle se souvenait absolument tout, chaque détail, chaque arbre, chaque bruns d'herbe. Etrange comme l'on se souvient de choses futiles une fois qu'on l'a perdu. Etrange aussi comme la tristesse peut se convertir en colère à une vitesse fulgurante, oui sa tristesse enfouie au plus profond d'elle-même venait de se transformer en colère, colère dirigée contre la reine Mindel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Ven 10 Juin - 19:17

J'étais resté silencieux tout durant l'explication de l'elfe mais je ne comprenais toujours pas ce qui a pousser un peuple a ce sacrifier pour un royaume maintenant détruit. Cependant je comprenais ce choix qu'elle fut de détruire elle même cette terre que tout un peuple avait voulu protéger: c'est le savoir en magie de ces êtres qui m'avait créé il est normal qu'il soit trop puissant pour une seule personne. Dame Minami a même parler du mot "mort", celui même pour lequel j'ai été créé: je suis un émissaire de la mort ou plutôt la lame qui doit détruire tout le monde... Et pourtant je ne comprends pas ce but que l'on ma donné...
Mon silence pouvait être mal pris mais pour moi c'était une marque de respect, mon regard était fixé sur le sol et perdu dans le vide. J'écoutais attentivement Lyanëael quand un battement d'aile vînt briser la mélodie et les paroles de l'elfe. Un jeune homme fit son apparition, je fit un pas sur le coté ma main tendu vers lui. J'étais entrain de faire apparaitre une de mes lames: quiconque s'approche de dame Minami risque la mort, j'ai voué ma "vie" a la protéger après tout. L'espace semblait frémir autour de ma main quand mon "maître" me donna l'ordre de rien faire.

C'était un elfe, un elfe qui s'octroyait le droit de s'adresser a Lyanëael. Mais le pire dans tout cela c'est qu'il ce permet des familiarités. Enfin bref passons là dessus.
En revanche mon maitre accepta de lui répondre, lui donnant par la même nos noms. Je ne suis pas homme qui souhaite que l'on se souvienne de lui mais je ne pouvais rien faire, je n'étais pas a ma place dans de telle retrouvailles après tout. Je ne pouvais pas comprendre ce sentiment que cette homme pouvait éprouver, même si dans un certains sens je pourrais appartenir a cette race maintenant disparu.

Malgré tout je ne pouvais pas faire confiance a cette étrange comme l'a fait Lyanëael: pour moi c'est une cible que je devrait éliminé. Je tendis a nouveau mon bras droit faisant frémir l'air autour de moi jusqu'à ce que ma lame sorte du néant. Une sorte de portail dont sortait une épée brillante a double lame, c'était un elfe alors oui je fis apparaitre Rei-ka: ma lame dont le seule but est de prendre la vie des elfes...
Je la planta dans le sol avant de faire apparaitre ma deuxième lame: Shishi no kiba. Car oui, l'elfe était accompagné de ce dragon bleu si imposant, je ne pouvais pas risquer de me faire tuer ni même de risquer la vie de dame Minami...


-Jeune elfe... Si dame Minami t'octroie une confiance que je ne comprends pas...*Je brandis ma lame anti-dragon devant moi, mon visage était caché dans le col de mon manteau, seul mon regard était visible*... ce n'est pas mon cas, je préfère te prévenir que je ne tolérerais aucun mouvement de ta part visant Lyanëael. Je n'aurais aucun regret a t'ôter la vie...

Lyanëael c'était retourné: son regard était furieux contre moi, comme si elle allait me punir d'une faute que j'avais commise. Alors que l'autre elfe semblait un peu perdu: entre les renseignements donné plus tôt par mon maître et part mon intervention un peu brutal...
Je ne peux pas changer ma nature après tout, j'ai été créé ainsi. C'est la volonté de mon créateur...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Ven 10 Juin - 20:17

Je n'en revenais toujours pas j'avais rencontré ma Reine. Celle qui avais guidé mon peuple pendant une durée sûrement très longue, car nous sommes immortel. Quand j'entendis les mot "elfe de feu" et le mot "reine", je ne sais pas pourquoi, mais je mis un genoux à terre et fis signe à Saphira de faire pareil, elle m'imita sans dire un mot, sûrement ému de se trouver avec une personne aussi importante. Elle avais l'air aussi surpris que moi, mais ce n'est pas la reine Minami qui m’intrigua le plus mais c'était surtout son compagnon, Alarik Elensar. Je l'observa une seconde et vu qu'il utilisait la magie. Soudain une épée sorti du Néant et puis une seconde. Je me releva rapidement et regarda l'elfe d'un air étrange, elle avais l'air aussi étonnée que moi. Je regarda mon adversaire dans les yeux, Saphira grogna et montra les crocs je lui fis un signe de la main pour lui indiquer que je contrôlais la situation et lui dit:

"T'inquiète je vais négocier, calme-toi et prépare toi à voler en cas d'urgence!"

Je m'adressa à l'autre homme:

-Tu veux me tuer? Je t'aurais bien dis oui, mais là je vis mon plus beau jour, alors si tu veux y mettre fin je ne te laisserai pas faire! Tu pense vraiment que je voudrai tuer la dernière personne de ma race? Tu n'est pas logique! Reine Minami avez-vous demandé à cet homme de me tuer ??!

Saphira montra les crocs et se met devant moi:

"Vous menacez mon dragonnier!! Même si je dois mourir je le sauverais! Alors rappeler votre chien de garde!!"
"Saphira calme toi il ne va rien arriver! Tout va bien se passer. Nous allons garder notre calme!"


Je sorti mon épée et la mis à terre en signe de capitulation. Puis releva la tête près à utiliser la magie contre Alarik. Il me menaçais encore et je ne pouvais accepter de mourir pendant le plus beau jour de ma vie!! Je mis une main sur le flan gauche de Saphira, tout mes sens était en alerte j'étais près à monter sur Saphira et m'envoler. J'avais allumé mon index comme une chandelle, c'était un tic pour moi, j'espère que la reine Minami ne le prendrais pas mal. J'avais regardé autour de moi pour observer l’environnement et j'avais déjà trouvé la façon de m'enfuir. Mais pourquoi m'enfuir je n'avais aucune raison, sauf peu être le laquais de la reine Alarik. Il me semblais ne pas être humain plutôt comme un robot, je m'inclina et me rendis compte que j'avais peu être étais vu comme un malpoli. Je m'inclina donc encore une fois:

-Je ne connais pas la raison pour laquelle vous me menacez, mais si j'ai été insultant je m'en excuse! Maintenant dites à votre ami de ranger son épée, je suis pas un ennemi je suis même enchanté de faire votre connaissance.

Saphira restais quand même sur ses gardes, elle ne paraissait pas du tout convaincu que la reine nous voulait du bien. Je me dis même que sur le coup elle avait sûrement était plus intelligentes que moi...
Revenir en haut Aller en bas
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Ven 10 Juin - 21:35

Lyana sentit la magie vibrer légèrement en provenance d'Alarik. Il ne l'avait encore pas écouté... en tout cas la réaction du dragonnier fut quelque peu exagérée, il disait que Lyana l'avait menacé alors quel l'elfe n'en avait rien fait. Avant que cela ne dégénère entre les deux hommes elle se tourna vers Alarik en colère et ses cheveux virèrent au rouge embrasé comme ses yeux.

-ALARIK! JE T'AI DIT DE NE RIEN FAIRE! RANGE CELA IMMÉDIATEMENT. Quant à toi...


Elle se tourna vers les deux « enfants » en se radoucissant légèrement, mais sans que ses cheveux ne perdent leur couleur incandescente, preuve qu'elle était prête à user de sa magie pour stopper un combat qui pourrait se produire.

-Je suis en mesure de vous terrasser tous deux en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, alors crois-tu vraiment que je ne vous aurais pas éliminés dès le début si je l'avais voulut? Qu'importe! Personne ne se battra ici, le premier de vous trois qui désobéit subira mon courroux et croyez-moi vous n'avez pas envie de le voir.

Elle regarda les trois personnes d'un regard dur et autoritaire, mais elle tenait à ce que ce soit bien clair, elle les regarda d'ailleurs jusqu'à ce qu'ils aient bien compris. Puis elle s'éloigna des trois et s'approcha du petit ruisseau qui traversait la ville, ses cheveux reprirent leur couleur argentée, mais ils pouvaient à tout moment reprendre la couleur précédente, elle avança cependant encore et regarda la route qui menait jusqu'à la cité, puis elle retourna vers les trois d'un pas tranquille et ramassa son sac et son arc.

-Suivez-moi plutôt que de vous battre.

Elle continua son chemin vers le centre de la cité et s'arrêta devant un édifice à moitié debout et pris un objet sphérique trainant à côté du bâtiment, elle souffla dessus pour dévoiler des inscriptions sur l'objet sphérique, ça ressemblait à une boule de cristal qu'avait les charlatans diseurs de bonne aventure. Sauf que cet objet avait de réels pouvoirs, elle toucha les inscriptions inscrites dessus et une image apparut floue.

-Amolenetthë amoly äy olen lipptholshë. (Montre moi si on approche)

La boule s'illumina puis montra l'image du chemin qu'il fallait emprunter pour monter jusqu'aux ruines. Puis Lyana lâcha la sphère qui se mit à léviter près de sa tête, elle repartit en direction du plus gros amas d'éboulis, elle voulait vérifier si une plante était sortie de terre au milieu du jardin. Arrivant à l'emplacement elle s'accroupit et observa le sol, on aurait dit qu'il avait été brûlé récemment. Elle posa sa main et fronça les sourcils.

*Le sol est encore tiède...*
-Amolenetthë amoly äy s'ëaet ouen phyegue (montre moi si c'est un piège)


L’image dans la sphère changea pour montrer des gardes en armure blanche sur les corniches au-dessus de la cité qui s’approchent lentement du bord avec des arcs bandés, elle eut juste le temps de se retourner vers les trois autres et de leur crier de ne pas bouger, que les gardes de la citadelle les pointaient avec leurs flèches.

-Personne ne bouge!


[La langue utilisée par Lyana est le runique (un alphabet que j'ai moi-même crée), un jour je vous scannerait l'alphabet pour le mettre ^^']
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Ven 10 Juin - 22:30

Notre altercation n'avais pas aboutis a grand chose, et de toute façon ce n'étais pas mon but. Je tenais juste a prévenir cet étranger qu'il ne fallait pas oser s'en prendre a mon maître. Je n'aurais rien tenté contre lui de toute façon: sans un ordre de dame Minami je ne peux abattre quelqu'un. Et pourtant je sentais une sorte de cynisme dans la voix de l'elfe, comme si il pensait être en mesure de me tenir tête. Je ne dis pas que je suis invincible mais même a deux contre un je pense avoir l'avantage: le seul inconvénient est que je ne maitrise aucune magie, même si Lyanëael a pris mon entrainement dans ce domaine je ne suis toujours pas capable d'envoyer le moindre sort...
Mais là n'est pas la question car dame Minami avait sentit ce que je faisais: elle savait pertinemment que je n'aurais pas hésité a les tuer pour la protéger. Alors sous son ordre je fis disparaitre mes lames aussi mystérieusement qu'elles étaient apparus. Je ne saurais comment je suis capable de faire cela mais c'est les pouvoirs que me donna mon créateur après tout...

Elle fit remarquer a l'elfe qu'elle même était capable de mettre fin a sa vie en un rien de temps, elle a juste omis d'avouer que je n'avais pas pleine possession de mes moyens et que dès lors il est simple pour elle de me battre.
Je sentais dans le ton de sa voix de la colère: la colère de voir des gens vouloir s'affronter pour si peu, elle qui avait dû abandonner son royaume pour le bien de tous. Je ne comprenais pas comment elle pouvait éprouver une colère que je suis incapable de ressentir chez moi: c'est en cela que je ne peux me sentir vivant. Je suis incapable de m'énerver ni même de produire un quelconque cynisme...

Elle nous demanda de la suivre dans le dédale des ruines, du chaos qui régnait en ce lieu. Il fallait faire attention où nous marchions car les pierres de l'ancienne cité était chancelante, un faux pas et nous risquions de nous fouler une cheville. Loadon semblait enchanté de pouvoir suivre sa souveraine dans un lieu comme celui-ci, en revanche son dragon me regardait comme une bête curieuse et semblait se méfier de moi: comme si j'allais me rué sur lui.
Nous nous arrêtâmes dans une cours, enfin ce qui ressemblait autrefois a une cours. Il ne restait plus qu'une moitié de citadelle devant ce funeste paysage. J'étais en retrait, cherchant une quelconque tension qui pouvait nous entourer: je ressentais quelque chose d'étrange, une présence inconnu si légère que je n'arrivais pas a la déceler.

Lyanëael fit une incantation en tenant une sorte de sphère qui ce mit dès lors a briller. Le cristal de l'objet scintillait de mille feux, j'étais absorbé par ce phénomène mais la tension que j'avais sentis ce déplaça... Non elle ce multipliait.. Quelque chose ce tramait j'en étais certains.
Et j'en eus la certitude quand nous furent encerclés par des dizaines de garde qui nous prenais pour cible avec leurs arcs.


-Dame Minami, je peux m'en occuper...

Le regard qu'elle me lança était comme un non, et pourtant elle semblait incertaine sur le pourquoi de cette garnison en ce lieu. J'étais prêt a prêter ma lame pour protéger la troupe que nous formions. Je commençais a distorde l'espace pour faire apparaitre mes lames: les dix ce coups ci. En revanche l'elfe et la dragonne semblait plus inquiet que nous, même si je ne sais pas ce qu'est être inquiets: encore un sentiment, une sensation que je n'éprouve pas...
J'attendais plus qu'un mot de Lyanëael pour me lancer dans une boucherie qui me procurait un semblant de plaisir...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Sam 11 Juin - 16:08

La reine Minami n'avais pas l'air contente du tout, ses cheveux devinrent de braise comme ses yeux. Elle était en mesure de nous terrasser peu être, mais moi j'avais déjà la stratégie pour partir en cas d'urgence. Mais je ne pensais pas qu'elle avais demandé à son compagnon de sortir ses lames, il ne semblait avoir aucune volonté. Il était comme un esclave, il ne savais as prendre de décision. La reine nous demanda de la suivre, j'obéis pour ne pas repartir dans un bagarre avec son garde-du-corps. Nous avancions dans la cité, elle prononça une incantation sûrement du runique. Et soudain des gardes nous dire de ne as faire un geste. J'observa leur nombre et j'avais déjà trouvé la façon de les vaincre. J'envoya à ma souveraine par télépathie:

"Moi et Saphira avons une stratégies il seront sans défense alors je ne veux pas dire que vous n'avez pas d’expérience mais laissez moi une chance!"

Je n'attendis pas de réponse car je ne voulais pas faire repartir dans une longue discutions si ma souveraine refusait. J'exposa ma stratégie à Saphira, elle était simple et ne demandait pas vraiment une longue dépense d'énergie. Mais le problème était pas vraiment ça, j'avais peur que moi ou Saphira abîmions un bâtiment. Saphira avez compris ma stratégie elle était d'accord avec moi. Je lança un sort tout simple et fis brûler toute les cordes des arcs de nos ennemis il ne s'en aperçurent pas, mais si il tirait, la corde se casserait et nous aurions donc le temps de les tuer ou de les neutraliser. je dis à nouveau à Lyanëael par télépathie:

"J'ai brûlé la corde de leur arc, si il tire la flèche ne partira pas! Alors devont nous attaquer car je suis près à leur envoyer une pluie de pierre et Saphira prépare une tornade. Mais sinon je vous laisse agir car cela pourrait endommager les bâtiments, donc j'attend votre signale. Et aussi nous devons le tuer ou les neutraliser?"

Je gardais mon calme, car il ne pouvait rien contre nous. Saphira elle voulait en finir, car nous avions voyagé longtemps et un peu d'amusement serais le bienvenue. Moi je voulais juste que personne ne sois blessé en tout cas de notre côté...
Revenir en haut Aller en bas
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Sam 11 Juin - 22:16

Lyana regarda du coin de l'oeil « l'enfant » pendant qu'il lui disait qu'il avait un plan, elle ne bougea pas, l'elfe, apparemment avait fait quelque chose, quoi elle l'ignorait. Il finit par le lui dire mentalement et se préparait au combat. Un bon point pour le petit. Brûler la corde des arcs ce n'était pas idiot du tout. Il attendait les ordres de la reine pour attaquer, tout comme Alarik. Mais aucun d'eux ne connaissait le « chien de Morgana », aucun d'eux ne savait pour cette personne et qui disait garde de la citadelle, disait possibilité d'apparition. Melinda.

L'elfe la cherchait des yeux sans bouger, ou en bougeant un minimum, mais elle ne localisait pas la vampire, elle n'était peut-être pas là, ils avaient donc une chance. Quand aux gardes ils semblaient attendre. Elle devait les faire parler.


-Qu'est-ce que vous faites ici au juste que cherchez-vous?
-A nous assurer que jamais une plante ne repousse ici et donc que les elfes de feu vivant ici ne puisse reprendre espoir.
-Vous êtes seuls?


Elle connaissait la réponse à l'instant même où elle l'avait posée, car elle sentit d'un coup une présence dans son dos. Une jeune femme aux yeux sombres et aux cheveux noirs, venait quasiment d'apparaitre dans le dos de la reine des elfes de feu. Elle avait également fermé ses doigts sur l'oreille de l'elfe, qui tressaillit sous la menace.


-De mauvais souvenirs les tortures de Morgana pas vrai?

Elle avait susurré ses mots à l'oreille de Lyana et avait légèrement serré la fine oreille pointue de la « jeune » elfe.

-Si vous bougez je lui arrache l'oreille... ou la tête je ne sais pas encore. Vous allez gentiment nous suivre, la reine veut vous voir.

Lyana se mit à réfléchir très vite. Elle savait comment s'en sortir, mais elle savait aussi qu'elle n'aurait pas le temps de reculer, juste le temps de dégager son oreille pour présenter autre chose. Elle pourrait alors lancer un autre sort... mais il fallait qu'elle touche Alarik pour qu'il l'aide, l'enfant lui ne serait probablement pas assez rapide pour réagir. La vampire dûe deviner que l'elfe préparait quelque chose, car elle serra l'oreille qu'elle tenait entre ses doigts et tira en arrière, même si elle ne l'avait pas fait très fort Lyana se mit à hurler de douleur comme si on venait de lui déboiter un bras.


*Alarik... quand je me libérerais avance vers moi le plus vite que tu peux.*

Malgré la douleur l'elfe rassembla ses forces et les vêtements de la vampire s'embrasèrent, celle-ci cria de surprise et de panique, lâchant l'elfe, qui bondit vers Alarik aussi vite qu'elle pu, elle tendit sa main vers l'humain, enfin il y ressemblait. Elle cru l'effleurer, mais n'en fut pas certaine. Melinda lui attrapa le bras et la tira en arrière au même moment, si toutefois elle avait réussi à toucher Alarik, alors son pouvoir serait débloqué à 10%, ça devrait suffire.

En haut les gardes avaient lâché leurs flèches, qui était tombées pitoyablement à leurs pieds, ils tirèrent l'épée et commencèrent à descendre les roches vers les trois acolytes et le dragon.

Lyana se débattit pour se libérer de la vampire et réussit à nouveau à se libérer pendant un cours instant, elle vit que les autres s'étaient mis en mouvement et leur lança mentalement.


*Ne les tuez pas, ne vous abaissez pas à ce niveau, faites leur peur! Juste peur pour qu'ils décampent!*


Melinda attrapa à nouveau Lyana et lui interdit tout mouvement et lui tira violemment sur l'oreille avec un air sadique. L'elfe se mit à hurler de douleur à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Sam 11 Juin - 23:17

Tout c'était déroulé si vite sous mes yeux et j'avais été impuissant devant cette scène. En l'espace de quelque seconde je ne maitrisais plus les évènements. Et mon intuition c'était avéré juste: la tension que j'avais pressentit n'était pas un leurre, une erreur de mon imagination; au contraire elle était bien réel.

Une énième protagoniste avait fait irruption dans ce lieu: c'était une femme a la chevelure noir ébène et au regard des plus sombre. Je n'avais même pas eu le temps de réagir qu'elle tenait entre ces doigts mon maître mais je n'osais bouger car elle nous avait avertit que le moindre mouvement mettrait un terme a la vie de dame Minami. Même si la douleur faisait hurler Lyanëael, elle avait cherché un moyen de ce défaire de cette fâcheuse situation.
Pendant ce temps je ne savais que faire, c'est pourquoi je restait immobile a ma place, le visage caché dans ce col avec seulement ce regard vide qui admirait le spectacle. La demoiselle semblait sur d'elle, de sa force et de son pouvoir: et ce n'est pas son aura qui tendrait a faire croire le contraire, elle avait une odeur de mort et de chaos. Serait-elle comme moi?

Je n'avais pas le temps de songer a cette question que dame Minami m'exposa le plan qu'elle avait en tête, ou tout du moins ce qu'elle comptait faire avec mon aide. Cela allait faire trois semaine que je n'avais pas sortis mes armes et là je sentais dans la voix que me faisait parvenir l'elfe qu'un affrontement avait avoir lieu.
Ni une ni deux l'elfe fit s'embraser l'étrangère, les flammes me rappelèrent la façon dont j'avais tué les hommes qui m'étaient tombé sous la main a mon réveil. Les flammes brillaient dans ces pupilles vides qui sont les miennes jusqu'au moment où une main tendu me faisait face: une sorte d'aura rouge fut émise avant que je sente une chose étrange en moi.

Je ne fis pas attention a ce qui ce déroulait autour de moi, je ne prêtais pas attention a l'assaut que lançais Load et son dragon sur les gardes, ni même a l'affrontement qui ce déroulait entre Lyanëael et la femme. Non j'étais plus préoccupé par cette sensation qui parcourait mon corps: une chaleur vive explosa en moi, je sentais mon sang bouillir, mon énergie devenir de plus en plus instable; c'était la même sensation que lors de mon arrivé sur ce monde. Oui je récupérais ma puissance...
Je ne perdis pas de temps et fis sortir mes 10 lames qui se mirent a flotter autour de moi tel des pantins que je manipule. Je sentais emplis d'une nouvelle force et dès lors je pris appuis sur le sol et me rua sur cette étrange demoiselle. En une fraction de seconde j'étais a leur porté, le regard que me portais Lyanaëael était un mélange de douleur, de stupéfaction mais aussi de soulagement. Je pris en main Tsumi no Ha avant de l'enfoncer dans le flanc droit de dame Minami, cette action m'attristait mais c'était le moyen le plus rapide pour atteindre l'étrangère ou tout du moins la faire lâcher prise.

Les mouvements de la femme était étonnant, des réflexes surhumain pour éviter ma lame qu'elle n'avait pu prédire. Je n'avais pas conscience de la douleur que pouvait ressentir l'elfe mais pour l'éviter de me géner et devoir a nouveau la blesser je la cloua sur le sol en enfonçant le bout de ma lame dans une des roches de l'ancienne citadelle...


-Tu es rapide mais pas encore assez pour m'affronter jeune humain, par contre si tu t'attaque a cette reine déchu je pense que nous pourrions devenir amis.

La phrase de la femme résonnait en moi comme dans une cathédrale et pourtant elle n'avait aucun effet, je n'avais pas compris où elle venait en venir en réalité.
Je tendis la main droite et Munburedo vint prendre place, si elle était si rapide alors avec cette arme j'avais une chance de pouvoir lui faire face. Mais ce n'était pas tout, j'avais besoin de force et quoi de mieux que Kazeshini pour cela. A peine la dernière lame prise en main que je me sentais parcourus par un courant désagréable...


-J'en suis navré... mais s'en prendre a dame Minami...*Je sortis mon visage de mon col*... est une chose intolérable!!

A peine ma phrase terminé que je me ruais de nouveau sur la femme qui fut surprise de la vitesse que je faisais preuve. Je lança Kazeshini dans un mouvement verticale de bas en haut créant un arc électrique courant vers l'étrangère. Elle l'évita sans mal et celui-ci alla s'écraser contre les derniers murs qui tenaient encore debout.
Elle n'attend pas pour m'attaquer a son tour. C'est réflexe était digne d'une créature de l'ombre il n'y a pas a en douter. Son bras s'avança vers moi, cherchant a attraper ma gorge, alors je lança un coup circulaire de la main droite pour la tenir a distance. Mais ma vitesse n'était pas suffisante puisqu'elle évita sans mal mon épée.

Je ne lui laissa pas le temps de réfléchir que je lança a nouveau une contre attaque: je raffermis ma prise sur Munburendo tandis que Kazeshini était partit en ligne droite pour empaler la demoiselle. Elle esquiva de justesse et c'était une chance pour moi. Je pris appuis sur le sol pour bondir derrière elle, presque a ras du sol j'assenai un coup d'épée au niveau de ces flancs. Seul le bout de ma lame toucha son corps et elle ne fut gratifié que d'une simple égratignure.
Elle resta figé pendant quelque instant, cherchant comment j'avais pu l'atteindre avant de me parler a nouveau...


-Je ne savais pas qu'il existait des hommes possédant de tel capacité...Elle passa sa main sur sa plaie avant de la lécher... Qui es-tu humain?!
-Je me nomme Alarik, Alarik Elensar... Je suis là pour protéger dame Minami au péril de ma vie...
-Nous t'avons enfin retrouvé! Morgana sera ravi d'apprendre que tu n'es pas mort, mais beaucoup moins en apprenant que c'est cette elfe qui lui a piqué son "jouet"

Je n'avais pas compris un traitre mot de ce qu'elle venait de dire et je n'attendis pas de me faire prendre par surprise, c'est pourquoi je me remis vite en garde. Un oeil furtif vers Lyanëael me permis de voir que Load était a son côté cherchant a l'aider, ce n'est peut etre pas quelqu'un de mauvais après tout.

-Je ne comprends pas les raisons qui anime vos actes... Mais tant que vous prendrez mon maître pour cible, je chercherais a vous abattre...
-Ton maître n'est pas celle que tu crois pauvre objet sans vie...

Cette fois-ci j'étais emplis d'un doute: comment pouvait-elle savoir que je ne ressentais rien, que je ne suis pas un être "vivant" a part entière...
Cette vérité me paralysait, ou plutôt m'empêchait d'agir. Suis-je vraiment un pantin sans âme?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Dim 12 Juin - 13:27

La femme qui attaquait dame Minami était vraiment très étrange je n'avais jamais rien vu de tel. Les hommes qui nous menaçait avais tiré, enfin leurs cordes avait cassé comme j'avais prévu et voyant qu'il arrivait épée au poing, je sorti donc Eldunari et Saphira montra les crocs. Je planta Eldunari dans le sol et enleva met gants de cuir noir, je mis des anneaux de métal à mes doigts et remis mes gants. Je préférait les affronter au corps à corps. Le premier arriva et je lui tordit le poignet quand il attaqua et le pris par le col pour lui mettre un cous de boule. Saphira en attrapa un et l'emprisonna dans un sphère créé avec de l'eau du lac et le laissa dans sa prison aquatique. Un second vint armé d'une lance, il tenta un attaque au niveau de la poitrine, je me baissa et tira la lance pour le désarmé. Armé de la lance je la fit tourné au dessus de ma tête pour l'abattre dans la cheville de mon adversaire. Je dis à l'adresse du reste de la troupe:

-Partez maintenant ou vous mourrez tous ou vous serez au moins très blessez!!

Aucun ne partis et je leurs lança:

-Très bien alors je vous attend!*Je posa la lance par terre et me mis en garde*Je ne vous veux rien moi, mais si vous attaqué mes amis bah je serai obligé de vous tuer!!

Je savais que dame Minami ne voulait pas de mort mais je n'avais pas le choix à mon avis soit je les tuer sois le sort que leur réservé Morgana était pire que la mort. Deux virent en même temps, un me pris par derrière et me ceintura, l'autre donna un coup d'épée de haut en bas au niveau de l'épaule gauche. Je donna un coup de coude à celui qui me tenait au niveau du foie il se plia en deux et je me dégagea il se pris le coup à ma place. Saphira donna un coup de queue à l'un et l'envoya dans le lac. Puis elle montra les crocs à un autre qui remonta dans les bâtiment apeuré. J'en attrapa un et l'envoya contre le mur et il tomba en arrière. Celui qui s'était caché dans le bâtiment avait en fait changé la corde de son arc et me tira une flèche dans l'épaule. Je fis un mouvement de recule et n'éprouva aucune douleur vraiment handicapante et je sorti mon couteau de chasse et lui envoya en plain milieu du front. Saphira en pris un par la cheville et l'envoya valsé dans les bâtiment voisin. J'avais compris que leur faire peur ne servait à rien. Un s'approcha de dame Minami sans se faire voir et Saphira lui sauta dessus et lui arracha la tête elle hurla mentalement:

"VOUS CROYEZ POUVOIR ATTAQUER LA REINE DE MON DRAGONNIER!!!"

Je lui accorda pas une réelle attention et évita un coup d'épée, puis passa le long de la lame et mis un uppercut dans le menton de mon adversaire et le pris par le col pour lui asséner un coup de genoux au dans le nez. Il n'e restait que deux l'un fonça vers Saphira une grosse masse à la mains. Je lui envoya un pierre en pleine tête et Saphira le lança sur le dernier assaillant, il decida de fuir et en le regardant partir je lui fis un signe de la main:

-Enfin une décision raisonnable, merci tu empreinte le voie de la raison, mais tu aurais dû la montrer à tes compagnons avant qu'il soit tous hors combat!

Je regarda le combat entre la femme et Alarik, elle était un très bonne combattante sûrement bien meilleure que moi mais Alarik était à la hauteur. Je le vis soudain pris d'un doute la femme lui parlais était-ce ça qui lui faisait douter? Je sorti Eldunari du sol et alla à côté de ma souveraine et lui demanda:

-Que lui arrive-t-il? Pourquoi est-il dans le doute?

Je n'attendis pas de réponse mais je cria à l'adresse d'Alarik:

-ELLE MENT!!!! TUE LA!!!

Je pris mon arc et tira trois flèche en direction du front. Elle touchèrent leur cible, enfin elles auraient touché leur cible si elle ne s'était pas déplacé à la vitesse de l'éclair. Je pris Eldunari dans ma main et dit à la reine Minami:

-Je dois intervenir? On ne sais jamais deux personnes sont toujours mieux qu'une seule.

Je me rendis compte que ma souveraine était planté dans le sol depuis tout à l'heure et sorti l'épée puis l'aida à la relever. J'avais encore envie de sang et Saphira aussi, je préparais déjà une tactique contre notre ennemie. Elle était rapide, souple, forte... Comment la vaincre? Je pensa à quelque solution mais elles me paraissaient très peu probable qu'elles fonctionnent. Je me mis à réfléchir encore une dizaine de secondes et voyant toujours Alarik en train de se battre ne sachant prendre l'avantage sur le femme, je tira encore des flèche et me rendant compte qu'il n'en restait que deux j'arrêta, elle les éviterais comme toute les autres. Puis soudain me vint à l'esprit que Saphira contrôlais le vent. Je lui dis:

"Saphira je n'ai que deux flèches, alors je vais les tirer et quand elle les esquivera, tu provoqueras un vent venant de la gauche ou de la droite le plus fort possible. Il faut que la flèche la touche pour donner l'avantage à Alarik!"

Je tira une flèche et comme prévu elle l'évita facilement, mais Saphira créa un puissant vent, si puissant qu'il fis tourner le flèche à 45° et elle parti se planter dans l'épaule de la femme. Je retira une flèche mais elle l'évita et la flèche ne laissa qu'une toute petit égratignure dans sa peau. J'étais à court d'idée maintenant, et priant pour que Alarik prenne l'avantage...
Revenir en haut Aller en bas
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Dim 12 Juin - 15:13

En plus de la douleur causée par Melinda à l'oreille de l'elfe de feu, elle sentit un métal glacial s'enfoncer dans son ventre. Alarik... il l'avait attaqué pour toucher Melinda et cela avait marché, elle avait eu l'air surprise et venait de reculer. Par contre, l'instant d'après Lyana se retrouva plantée dans le sol, elle en resta bouche bée. Et oui la douleur qu'elle sentait à cause de l'épée elle s'en fichait pas mal, bref.

Se ressaisissant elle tenta de retirer la lame, peine perdue, il lui fallut l'aide de Loadon pour y parvenir. Elle se releva, l'elfe l'aidant, même si elle n'en avait pas vraiment besoin. Et fixa Alarik un moment, il sembla troublé. Loadon tenta quelque chose, peu efficace quand on savait ce qu'était Melinda. La preuve, elle retira la flèche de son épaule et la blessure cicatrisa à vue d'oeil, l'égratignure laissée auparavant venait également de disparaitre.

Bon, Lyana était loin de la vampire, elle pouvait en profiter et foutre la trouille à cette dernière sans aucuns problèmes. Elle concentra son énergie, il ne lui faudrait que quelques secondes, ses yeux se fermèrent et une aura devint visible autour de Lyana, dégageant de la chaleur.


-Ho l'elfette est debout, tu m'auras pas! Quand à toi l'elfe, ça sert à rien ce que tu fais...

L'ex reine ne répondit pas à la vampire, son énergie se rétracta, comme si elle ne pouvait plus l'utiliser. Il y eut trois secondes où rien ne se produisit, puis les cheveux de Lyana virèrent au rouge incandescent et l'elfe enflamma tout son corps, les ruines autour s'embrasèrent également épargnant seulement les endroits où se trouvaient Saphira, Loadon et Alarik. Melinda, qui détestait plus que tout le feu en tant que vampire, préféra reculer et gagner les hauteurs pour échapper aux flammes.

-Tu m'as eu cette fois, m'en fiche j'ai accomplis ma mission, Morgana ne saura pas qu'on s'est rencontré, mais le jour où elle me demandera de t'attraper petite reine, ce seras toi qui fuira!

Elle accorda un dernier regard indéchiffrable à Lyana, puis disparu de leur champ de vision. L'elfe diminua sa magie et les flammes disparurent, elle s'approcha d'Alarik et posa sa main sur son épaule pour refermer son pouvoir, elle se devait de lui expliquer certaines choses non, autant lui dire la vérité.

-Alarik, je ne te mentirais pas. Melinda a dit la vérité tu as été créé à la base pour Morgana. Sauf que l'elfe qui t'as créé était un elfe de feu, il a été forcé de le faire par la reine humaine, contre sa survie, afin qu'elle puisse avoir un autre moyen de pression sur les autres peuples, mais si cet elfe l'avait créé sans aucune pression sur ses épaules, sa création, toi, aurait été pour sa reine, moi. Il me l'a dit juste avant de mourir, dans un murmure que moi seule ai entendu. Cependant, tu m'as, de toi-même, juré allégeance, je ne t'ai ni demandé, ni ordonné, ni fait de chantage pour que tu le fasses, ce qui prouve que malgré que tu sois une création et malgré ce que tu peux penser, tu as bien un coeur ou du moins un sens de la justice et de l'honneur. Je ne te retiendrais pas si tu souhaites suivre Morgana, mais je te dirais simplement ceci... écoute attentivement ce que te dit la petite voix qui sommeille au plus profond de toi.


Elle laissa Alarik, mais pendant tout son discours elle l'avait regardé droit dans les yeux, comme un égal. Elle continua de le regarder une fois qu'elle eut terminé, mais elle commençait à sentir de plus en plus la douleur à son côté, où l'épée s'était enfoncée. Bien que la douleur ne la dérangeait pas plus que cela, elle sentait sa vision se troubler légèrement, elle utilisait pas mal d'énergie pour que sa blessure guérisse et du coup, en plus de la perte de sang qui se poursuivait à cause de la blessure, elle commençait à sentir de plus en plus nettement qu'elle avait besoin de se reposer, mais ils devaient d'abord se déplacer et ne pas moisir trop longtemps ici. Elle se tourna, une fois la réponse d'Alarik donnée, vers l'elfe de feu.

-Loadon... merci de nous avoir aider, mais... simplement une chose, s'il te plait promet moi que tu apprendras d'abord les races existant sur cette terre avant, la prochaine fois, de lâcher tes flèches. Ce serait idiot que tu te ruines à cause de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Dim 12 Juin - 22:14

Le temps avait semblé s'arrêter autour de moi, j'étais perdu dans mes songes et dans la réflexion qu'avait produit les mots de l'étrangère en moi. Je n'étais donc qu'un jouet, une arme sans âme qui ne servirait que le dieu de la mort en prêchant dans le chemin de la destruction: ce raisonnement n'étais peut être pas faux après tout, après avoir vu ce dont j'ai été capable dans ce laboratoire et maintenant en combat réel avec cette femme. Il ne faisait aucun doute que j'avais été conçu pour provoquer la destruction.
Je ne faisais pas attention au visage de la femme qui ce délectait de l'expression d'incrédulité qu'il y avait sur mon visage. Ni même pris la peine de tenter une esquive lorsque des flèches passèrent a côtés de moi sans toucher leurs cibles. Munburedo était devenu si légère dans ma main, elle glissait petit a petit: j'avais la sensation d'être désabusé, comme si je n'étais qu'une marionnette de protagoniste encore inconnu.

Une larme coula sur ma peau: était-ce cela que l'on appel la tristesse? J'en savais strictement rien et cette goute ruissela sur ma joue puis tomba. Elle s'évapora avant de toucher le sol, je releva la tête et vit un torrent de flamme sur le champ bataille. Je me retourna et vis Lyanëael semblable a un élémentaire de feu; c'était elle qui venait d'embraser toute les ruines et pourtant Load, son reptile et moi étions hors de danger. Ce qui n'était pas le cas de l'humaine...
Nan ce n'était pas une humaine, le feu semblait lui bruler la peau même sans la toucher, le blanc de son corps virait au gris pâle, ces doigts possédaient des ongles bien longs et le regard qu'elle avait était digne d'une odieuse créature: c'était une vampire d'après mes déductions, pendant tout ce temps j'avais de quoi l'abattre et j'avais été aveuglé par les apparences. Suis-je vraiment qu'une arme qui ne pense pas?

Mes conclusions s'avérèrent être vrai puisqu'elle pris de la hauteur dans un bon surhumain pour échapper au brasier. J'étais ébahis par ce que je venais de voir: une femme capable de faire face a un épéiste sans grand mal et qui peut sauter d'une façon improbable, ainsi qu'une elfe aussi puissante que mystérieuse. Je n'étais qu'une petite chose dans tout cela et même si la vampire s'effaçait des ruines je continuais de regarder en direction du haut bâtiment où avait trouvé refuge la femme. Comment pourrais-je faire face a de tels êtres?
Les flammes perdirent de leurs intensités jusqu'à s'éteindre totalement, au même moment une main ce déposa sur mon épaule et cette chaleur que j'avais ressentit disparu automatiquement. C'était Lyana qui avait un regard a la fois doux mais aussi triste. Et je compris de quoi il s'agit quand elle m'avoua que je n'étais rien de plus qu'une expérience pour une femme qui m'est inconnu, malgré tout l'elfe pense que je suis quelqu'un des plus normale et d'écouter la "voix" qui sommeil en moi. Mais je n'entends rien...

Elle semblait souffrir de la blessure que je lui avais causé mais c'était pour la protéger. Une lame pour une vie, voilà ce que j'avais pensé au départ mais les conséquences je n'en avais pas conscience sur le moment. Mais en la voyant cacher sa douleur je compris que j'étais plus un fardeau pour elle qu'autre chose. Je ne suis une machine qui ne fais que agir, qu'un "jouet" misérable qui n'a pas de vie. Cette idée du pantin devenait de plus importante en moi, je ne suis qu'un être portant en lui des armes ne semant que la destruction, qui ne sais même pas soigner de simple blessure ni même protéger une personne...


-Pourquoi ne pas m'avoir dit que je n'étais qu'un pantin créé dans le but de servir la destruction? Je pensais avoir été quelqu'un que l'on dit "amnésique" mais au final non, je ne suis qu'un avatar que l'on a créé. Je ne sais pas qui est cette Morgana..*Je regarda ma main avant de serrer mon poing, faisant disparaitre mes lames dans le néant où elles siègent... mais elle a peut être les réponses a mes questions. Je vous ai promis de vous protéger au péril de ma vie alors c'est ce que je vais faire mais cette voix dont vous me parlez me pousserait a chercher cette femme pour découvrir le but de mon existence...

Je sentais que cette déclaration faisait de la peine a Lyana mais cette inconnue avait peut être les réponses a toutes ces interrogations que je me pose.
Alors que dame Minami s'adressait a Load je regardais le ciel, le soleil avait débuté sa course sur le sol, la fraicheur commençait a tomber comme cette confiance que j'avais pour Lyanëael: cette elfe qui m'avais caché ma vrai nature après tout, mon véritable but...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Lun 13 Juin - 12:52

Cette femme était vraiment impressionnante, ses blessures se sont refermé deux secondes après avoir été ouverte. Mais je n'avais pas essayer de la tuer j'avais essayer de faire gagner du temps à Alarik qui avait l'air de ne plus savoir ou il était. Puis soudain toute les ruines s'embrasèrent, Lyana avait jeté un sort. La femme semblé très sensible au feu, dame Minami devait le savoir pour avoir jeté un tel sort. La femme fit un bond inhumain et s'enfuit dans les bâtiment voisin. Lyanëael et Alarik discutèrent moi j'était à côté de Saphira:

"Drôle de journée!"
"Drôle de journée en effet."
"On rencontre la reine déchu de elfes de feu, on se bat contre des soldats dans les ruines de la cité de ma race, on a le droit à un combat entre une femme très étrange et un homme fabriqué à 100%. Personne n'a dû vivre une journée aussi étrange que nous depuis au moins 10 ans!"


La reine et son compagnon avait terminé leur discutions j'avais entendu la dernière phrase:

-... mais elle a peut être les réponses a mes questions. Je vous ai promis de vous protéger au péril de ma vie alors c'est ce que je vais faire mais cette voix dont vous me parlez me pousserait a chercher cette femme pour découvrir le but de mon existence...

Je m'approcha de la reine, Sahira sur mes talons:

-Que se passe t'il Lyanëael? Il veut partir si j'ai bien compris, non? En tout cas si vous le voulez bien, je veux rester à vos côté pour vous défendre et en apprendre plus sur mon peuple si possible. Je sais que vous êtes une combattante hors paire mais deux personne seront toujours mieux qu'une seule.

Je remis Eldunari dans son fourreau, et je regarda les ruines devant moi. Je pensais que la ville devais être magnifique avant d'être détruite. Je me retourna et regarda Lyana:

-Croyez-vous qu'il y en a d'autre des elfes de feu? J'aimerai tellement voir notre race se reconstruire! Je pense que c'est mon rêve le plus chère à mes yeux.

Je ne savais pas quoi dire, j'était un étranger pour eux, ils étaient des étrangers pour moi, alors comment bien se faire voir. Je n'était pas très doué pour me faire des amis, j'avais toujours vécu seul avec Saphira depuis 10 ans, il y avait Arya et Fundor mais il était des maîtres pour nous, ce n'était pas pareille. Je partis pour récupérer mes flèches, enfin celle encore bonne pour être tiré. Je les mis dans mon carquois et resta à côté de ma dragonne. Je ne savais pas quoi faire, il fallait sûrement partir d'ici au plus vite mais je ne savais pas ou aller alors, je pensais suivre Lyanëael mais si elle refusait j'était perdu. Je pensais à des endroits ou j'aimerais voler avec Saphira et croiser des gens, mais rien ne venais dans mon esprit, alors je pensais à visiter les terres ou vivait les orcs pour m'amuser un peu, enfin d'abord j'allais me reposer et empêcher la blessure à mon épaule de s'infecter, je n'éprouver aucune douleur mais bon, je devais au moins nettoyer la plaies...
Revenir en haut Aller en bas
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Mar 14 Juin - 14:21

Lyana regarda tour à tour Loadon, puis Alarik, l'un lui posait bon nombre de questions et l'autre venait de lui donner une réponse qui fit un peu mal au coeur à l'elfe, elle ne laissa rien paraitre. Tout en réfléchissant un peu elle partit prendre son sac qu'elle avait laissé, elle fouilla dedans et sortit un petit flacon d'herbes séchées, elle regarda les plantes, perdue dans ses pensées, puis ouvrit le bocal et sortit quelques brins.

-Excusez-moi... je ne suis plus en état de réfléchir pour discuter avec vous...

Se disant elle referma le bocal et le remit dans son sac, puis elle sortit un bol, elle alla le remplir d'un peu d'eau et mit les plantes dedans en les écrasant pour faire une sorte de pâte, elle mit le mélange sur sa blessure, puis mit un morceau de tissus venant de son sac sur la blessure et l'attacha avec une cordelette.

Elle s'assit et attendit un moment sans bouger ou presque, les yeux fermés, lorsqu'elle les rouvrit elle avait l'air de ne plus avoir mal, en tout cas la douleur ne troublait plus son esprit. Elle regarda Alarik pensivement.


-Si j'ai bien compris tu ne vas pas partir, mais tu souhaites retrouver Morgana pour savoir le but de ta vie... et bien soit nous pouvons même aller jusqu'à elle ensemble.

Elle referma les yeux et inspira profondément, puis les rouvrit et posa ses yeux sur Loadon.

-Concernant tes questions précédentes... j'ignore s'il existe d'autres elfes de feu. J'accepte que tu restes, mais à une condition que tu m'écoutes sans poser de questions, il y a des fois où l'on ne connait pas certains dangers. Et concernant le fait que notre race se reconstruira... tu dois avoir entendu parlé des phénix renaissant de leurs cendres, nous sommes un peu comme eux, dans l'histoire de notre peuple nous avons déjà faillit disparaitre complètement, mais nous sommes toujours revenus. Le royaume renaitra le jour où une plante poussera au coeur du royaume.

*Coeur du royaume qui n'est pas cette cité contrairement à ce que pense Morgana.*

-Alarik si tu le souhaites nous pouvons aller voir Morgana dès maintenant, cependant j'aimerai faire un détour pour voir quelque chose.


Elle récupéra son sac et le reste de ses affaires, elle remarqua une entaille dans le métal de son arc, c'est vrai il était vieux elle devra bientôt en refaire un neuf. En tout cas pour le moment elle devait réparer la fissure pour éviter que l'arc ne se brise à la première torsion. Elle posa sa main sur l'entaille et fit se dégager de la chaleur pour faire fondre le métal, ensuite elle travailla le métal pour que les deux bords de la fissure se rejoignent et que la fissure ne soit plus visible, puis elle retira ses mains de l'endroit et tira la corde de l'arc pour voir s'il résistait, c'était le cas, pour le moment, mais elle sentait que l'arme était fragilisée. Tant pis elle en refera un lorsqu'elle trouvera un if, ce qui ne manquerait pas s'ils remontaient au nord vers l'Arneron, mais cette décision appartenait à Alarik et dès qu'il l'aurait pris ils devront bouger et ne pas s'éterniser ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Mar 14 Juin - 20:59

Étrangement l'elfe ne posa pas trop de problème concernant u futur départ de ma part. Je ne savais pas ce que me réserverais l'avenir mais si je pouvais au moins connaitre le but de ma venu sur ce monde j'y verrais surement plus clair. Mon créateur était un elfe de feu disposant de connaissance pointu en la magie alors pourquoi a t-il créé une machine de guerre comme moi?
D'après ce qu'affirme dame Minami: son peuple reverra le jour, tel un phœnix il prendrait vie dans les cendres de la mort. C'est un peuple étrange si je puis me permettre et je ne comprends pas comment cette femme peut croire en la résurrection d'un royaume quelle a elle même détruit. Tout cela était confus pour moi, une confusion qui me semblait si étrangère: c'est une réaction humaine après tout, un humain que je ne suis pas vraiment.

Lyanëael souffrait de la blessure que je lui avais faite, mais tel un guerrier et une souveraine elle ne laissa rien paraitre. Non elle restait de marbre face a la douleur, comme si elle cherchait a nous prouver sa valeur. Es cela être un dirigeant? Devoir cacher ces sentiments pour permettre de prêcher la marche a suivre a son peuple, ou plutôt pour ne pas montrer de faiblesse a son ennemi. Elle pouvait ce lâcher pour une fois et partager ce qu'elle ressentait mais elle ne le fit pas.
A la place de elle avait répondu a son comparse, j'étais de trop ici. Pas a ma place. Alors peut être que cette Morgana pourra me guider, pourtant j'ai une sensation étrange au fond de moi même. J'attendais énormément de cette futur rencontre mais la façon dont en parlait Lyanëael était emplis d'amertume et elle ne s'épiloguait pas sur la dite femme.

Je marcha le long des ruines, caressant la pierre encore chaude du tour de magie de l'elfe. Je suivais les sillons du temps d'un doigt léger. Je m'écarta un peu du groupe et monta un peu sur les blocs de pierres qui étaient posés anarchiquement: les stigmates d'une lutte passé après tout. Tout a coup mon esprit s'égara.
Je voyais un peuple criant et déambulant dans les rues de l'ancienne ville. Ils hurlaient et cherchaient a échapper e un triste destin. Je leva les yeux et vis une ombre se profiler devant l'astre solaire: une ombre rouge de grande envergure. L'ombre passé j'étais revenu a moi.

Je regardais autour de moi et vis Load au côté de sa dragonne tandis que dame Minami reforgeais un arc en piteuse état. J'avais eu une vision du passé: un passé tourmenté et emplis de tristesse, la mort suintait de ce lieu malgré les années. Le soleil commençait a croiser l'horizon et l'humidité tombait de plus en plus.
Je redescendit de mon perchoir et passa ma veste sur les épaules de Lyanëael qui semblait surprise de mon geste. Je regardais au loin, fuyant son regard: je ne savais pas pourquoi mais quelque chose me dérangeait après ce que je venais de voir et je n'osais le lui en parler mais elle attendait une réponse de ma part après tout.


-Prenez ma veste il commence a faire froid. Maintenant si nous devions prendre la route il serait bon de ce mettre en marche car la nuit commence a tomber. Je ne sais pas qui est cette Morgana mais je veux tenter ma chance, découvrir le but de ma vie...*Je regarda Load et m'adressa a lui*... Messire dragonnier, êtes-vous prêts a nous suivre?

Je tira sur le gant de ma main droite tout en serrant le poing: j'étais décidé a rencontrer cette étrangère au nom si mélodieux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Mer 15 Juin - 16:08

Le combat était fini, nous étions en sécurité ou presque, nous devions partir. Si j'avais comrpis ils vouaient aller chez Morgana, mais en quelque sorte il se jettent la gueule du loup. Moi je voulais bien les accompagner mais pas non plus me rendre chez Morgana pour savoir si elle avait ou non fabriqué un jouet. Je ne voulais pas maintenant car je ne me suiciderais pas pour des inconnus mais si la situation change et que nous devenions des amis inséparable... bah je devrais bien les aider. J'était en train de nettoyer ma plaie, je me disais qu'il ne fallait pas rester ici. Je n'avais par contre aucune idée de où se trouvais la demeure de Morgana. Je restait donc contre l'encolure de Saphira et je lui dis:

"Tu pense que c'est une bonne idée d'aller la-bas? Parce que je doute un peu que se jeter dans la gueule du loup sois un bon moyen de survie pour nous."
"Bah moi je vais ou tu vas mais je pense que c'est quand même dangereux d'aller au porte de la Mort!"
"Oui moi aussi je pense, mais bon c'est quand même ma souveraine alors je devrais la suivre! Je pense que l'on peux faire une partie du voyage avec eux, et voir comment on agira plus tard, d'accord?


Alarik dis quelque chose mais perdu dans mes pensées j'entendis seulement la fin:

-... Messire dragonnier, êtes-vous prêts a nous suivre?

Je me ressaisi et je pris quelque secondes pour e rendre compte qu'il était dans les ruines, il avala sa salive, il avais l'impression d'avoir du sable dans la bouche et dis d'un ton mal assuré:

-Messire? Moi je ne suis qu'un jeune homme et ma dragonne est à peine âgé de 20 ans alors cela me parais plutôt élogieux! Mais j'accepte le compliment, une mort certaines de faible chance de succès... Mais qu'est-ce qu'on attend! En plus je suis plutôt utile en voyage car je suis un très bon chasseur et j'ai aussi l'arme contre tout les prédateurs... *montre Saphira du pouce* ... Je peux partir devant pour trouver ou aménager un camp pour la nuit.

Se redresse et se hisse sur le dos de sa dragonne puis attache les sangles de sa selle en cuir. Se tourne vers ses deux compagnons et dis:

-On peux rester en contact par la télépathie et j'irais le plus loin possible en deux heures et j’installerai le camp et irais chasser. Si vous êtes pas arriver un peu plus tard dans la soirée Saphira ira vous prendre sur le chemin.

Sur cette phrase Saphira s'envola et parti comme une flèche dans le ciel. Je me demandais encore si c'était une bonne chose de partir avec deux inconnus plus fort que moi. Surtout connaissant la destination ou ils allaient bah j'était pas très sur de mon coup...
Revenir en haut Aller en bas
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Mer 15 Juin - 17:29

Les enfants... bon d'accord le dragonnier et sa dragonne étaient adultes, mais franchement là ils agissaient en enfants. Lyana avait pourtant dit qu'elle désirait faire un détour par un endroit et eux partaient directement vers l'Arneron. L'elfe lâcha un soupire, puis lança son esprit en direction du dragon et de la dragonne.

*Loadon, Saphira... à l'est je vous prie et non au nord-ouest pour le moment, je voudrais passer quelque part et pas la peine de prendre deux heures d'avance, une heure à pied suffit, soit quelques minutes à dos de dragon je crois. Arrêtez-vous lorsque vous voyez une espèce de forêt de rocailles au sol et pas de superstition déplacée au cas où vous auriez entendu parlé du lieu.*

L'elfe se tourna vers Alarik et sourit, comme pour dire d'y aller. Lyana prit ensuite le chemin pour redescendre vers la pleine, elle avançait comme si de rien n'était malgré la blessure qu'elle possédait toujours, comme si elle n'avait plus mal, ce qui était à moitié vrai. Elle était résistante à la douleur tout comme le reste de son peuple et là elle n'avait plus besoin de ne rien laisser paraître, car c'était supportable pour elle. Elle regardait le soleil descendre vers l'horizon, puis se tourna à demi vers Alarik.

-Tu sembles beaucoup te questionner... Si tu veux poser des questions n'ait crainte j'y répondrais, du moins à celles que je peux...


Oui, elle ne savait pas tout et certaines choses elle ne voulait pas en parler, Elle n'en était pas encore capable.
Elle repensa à ce qu'elle avait dit plus tôt et sourit intérieurement, aller voir Morgana. Une idée qui paraissait suicidaire. Pourtant, non. La guerre était une guerre de l'ombre, pourquoi auraient-ils étés en danger? Non la guerre ne commencerait réellement que lorsqu'une déclaration entre l'Aldar et l'Arneron aura été rédigée, ce n'était pas encore le cas. Uron n'était pas encore prêt à lancer la guerre, mais les deux partis tentaient de forcer l'autre à déclencher la guerre.

Les jeux du pouvoir, des choses complexes et si simples à la fois. Bref tout cela pour conclure que Morgana ne porterait pas la main sur eux à condition que Lyana se montre en tant que reine et non que voyageuse. Dans le premier cas c'était une visite diplomatique donc elle ne pourrait toucher à la reine des elfes de feu, dans le second cas c'était une vagabonde qui tentait d'attaquer la reine donc elle pouvait très bien enfermer Lyana et les autres. L'elfe devait donc récupérer des affaires et vérifier ... certaines choses.


[Déplacement à la forêt de pierres et élipse du petit voyage]


Dernière édition par Lyanëael Minami le Lun 20 Aoû - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Mar 21 Juin - 10:15

Le crépuscule commençait a pointer le bout de son nez alors que nous marchions depuis une bonne heure ou deux. La marche avait été silencieuse, j’étais perdu dans mes pensées qui ce poussaient les unes et les autres dans mon esprit. J’étais perdu depuis la rencontre de cette femme vampire, elle venait en quelque minute de briser les quelques bases de mon existence.
Lyanëael avait passé les dernières semaines a vivre avec moi comme une personne « normal », pourquoi ne m’a-t-elle pas avouer que j’étais qu’une création, un rêve utopique d’un elfe sur la fin pour sauver son peuple…

Le peuple des elfes de feu, l’histoire les concernant est encore bien trouble pour moi. Tout comme la vision que j’ai eu dans les ruines de l’ancienne cité.
Au loin commençait a ce profiler des pierres hautes de plusieurs mètres qui jouaient avec les rayons glacés du soleil couchant. Depuis que nous avion pris la route nous ne virent pas une seule créature ou personne : c’était la désolation même, rien n’étais présent comme dans un désert si vous voulez. Même notre présence dans cette scène semblait inexistante.

La température chutait de plus en plus a mesure que le soleil ce couchait pour laisser place a la lune. Ma respiration commençait a faire une légère bué a chaque expiration : je ne su pourquoi mais cela m’amusait, un peu comme un enfant.


-Dame Mianami… Quel est ce lieu dans lequel vous nous emmenez ?

Le nous me comprenait moi et le dragonnier qui survolait et virevoltait dans les airs depuis quelque minutes, il semblait nous attendre depuis un petit moment et une lumière rouge émanait du bord des roches, c’est surement un feu. Il est vrai que je commençait a avoir faim, j’espère que le dragon aura servis a quelque chose…


[hrp: désolé pour ce post ridicule mais quand l'inspiration n'est pas là...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Lun 27 Juin - 20:19

Moi et Saphira étions autour d'un feu, nous nous étions envolé et nous avons regarder les plaines. Une dizaines de minutes après avoir décollé nous arrivâmes dans une forêt, mais pas une forêt pleine de végétations et de plantes. Cette forêt était en pierre!! C'était des rochers de la taille d'un homme, sois environ 1,80 mètre, je dis à Saphira d'atterrir dans un endroit où elle ne sera pas gêné par les pierres. Elle atterri dans une sorte de clairière mais façon rocheux, elle parti se balader et je partis chasser, cette forêt de pierres était vraiment déserte, je ne trouva presque aucuns animaux. Au bout de 20 minutes, un lapin passa devant moi, je l'emprisonna dans une cage de pierre, je l'attrapa et le tua, je le rapporta et retourna chasser, cette fois fut plus rapide, je trouva un lézard d'environ 80 cm de long, de la queue au nez. Je le tua et partis me reposer dans notre campement, Saphira était revenu et nous discutâmes:

"C'est un endroit désert, je n'ai pas troué à manger alors que j'ai fais le tour de toute la forêt!"
"Oui, moi aussi j'ai mis du temps pour trouver ce lézard et la lapin. Je pense que nous resterons peu de temps dans cette endroit abandonné par la vie."
"J'espère, parce que sinon je te jure que je t'attrape et je m'envole vers des forêt bien verte et pleines de chevreuils!"
"Bon bah moi je vais m'entraîner en attendant les autres."


Je me leva pris mon arc et mon carquois, je ne pris pas la peine d'installer un cible mais je planta mon couteau de chasse dans une pierre, je tira plusieurs flèches, elles rebondirent toute sur le pommeau de mon couteau planté dans la pierre. Je recula donc de 20 mètre et continua de tirer, aucune ne rebondit mais elles se plantèrent à proximité du couteau. Je continua de tirer jusqu'à vider mon carquois, je partis ramasser mes flèches et puis attendis les autres blotti contre Saphira...



[Alors là j'ai fais que de la merde! J'ai pas d'imagination, alors j'en suis désolé mais j'ai as trouvé mieux. *s'enfuit*]
Revenir en haut Aller en bas
Lyanëael Daëmeol
Admin
Admin
avatar

Messages : 166
Localisation : Dans tes pires cauchemards
Humeur : Va savoir, après tout je peux porter un masque

Pièce d'identité
Vie:
800/800  (800/800)
Magie:
1660/1660  (1660/1660)
Energie:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   Mar 28 Juin - 14:20

[Merci la description des vêtements, grâce à ça j'ai réussit à faire une page word =p]

Lyana arrivait en vue de la forêt de pierre, elle sentait autour d'elle les enchantements qu'elle avait elle-même lancée pour tenir les curieux éloignés de ce lieu. Bien évidemment les enchantements étaient faits pour que seule elle sente qu'il y en avait.

Alarik était resté silencieux tout le long du chemin, il finit tout de même par poser une question, c'était bien la preuve qu'il avait des sentiments, vu qu'il demandait quelque chose, donc il éprouvait de la curiosité, mais passons sur ses réflexions philosophiques intéressantes, mais inutiles pour l'heure.


-J'y répondrais lorsque nous rejoindrons le dragonnier et son amie.

Ils arrivèrent au centre de la clairière et Lyana observa les alentours, sentant toujours les sortilèges autour d'elle, chacun étaient conçus pour se précipiter sur quiconque n'était pas invité ici par l'ancienne reine et lui faire voir des revenants. Du coup ils fuyaient et de bouches à oreilles on disait que ce lieu était maudit. Bref il était temps pour les explications.

-Je vous dois à tous trois des explications sur ce lieu c'est vrai. Alors, commençons par le commencement. Quiconque pénètre ici sans y être invité par moi-même se trouve assaillit par des fantômes. Ce lieu est un sanctuaire, lorsque les elfes de feu vivaient encore en ce pays et qu'il prospérait, cette forêt était un lieu où à chaque équinoxe et solstice ils fêtaient les changements de saison. C'est aussi le centre du royaume, son coeur... contrairement à ce que croit Morgana, c'est ici que doit pousser la première plante.

Lyana eut un petit rire amusé.

-Elfes, dragons, chimères, orcs, humains, loups-garous ou vampires, tous sont affreusement crédule... Faites leur croire que la capitale est toujours vue comme le centre d'un pays et ils le gobent,. Dites leur qu'une plante doit pousser, pour annoncer la renaissance d'un royaume, au centre du pays en faisant croire que tout le royaume tourne autour de la capitale et ils croient que cette plante fleurira dans la cité. Et personne n'est à l'abri de ce genre de manipulation, je ne prétends pas non plus en être à l'abri. Il faut apprendre à discerner le vrai du faux.


Elle marqua une pause et avança vers un rocher un peu plus petit que les autres où se trouvait une fente elle tira une lame d'un de ses fourreaux. Une épée à la lame blanche comme neige apparut et scintilla à la lueur du feu, la teintant de rouge. Lyana planta l'arme dans la fente et une porte apparue, une petite porte.


-On peut parfaitement aller voir Morgana sans risquer de se faire étriper. La seule condition est d'y aller, non pas en tant qu'individus, mais en tant que reine.

En parlant elle avait ouvert la porte du rocher et en sortit des vêtements finement brodés, rouges et or. Posé sur les vêtements se trouvait un diadème d'argent et une ceinture en cuir avec des lanières pour passer ses épées. Elle referma la "porte", qui disparu instantanément à part la fente dans la pierre. Bien sûr seule l'épée blanche, manipulée d'une certaine façon précise, pouvait ouvrir la porte.

Les elfes de feu étaient-ils tous ainsi? Mystérieux, pleins de ressources? Bien sûr, du moins les anciens. Et certaines personnes savaient pertinemment que ces elfes pouvaient parfaitement paraître très sage et l'instant d'après agir comme de grands enfants. Et Lyana ne dérogeait pas à la règle, elle leur fit un sourire un peu gamin et puis alla plus loin, dissimulée parmi les pierres. Elle lança un sort, au cas où il serait venu à l'idée de l'un des garçons d'approcher, qui l'avertirait d'une présence, bien qu'elle les aurait entendu venir. Puis elle se changea et mit le diadème sur son front.

Elle revint ensuite vers la clairière. Elle portait à présent un haut à manches longues dénudant ses épaules, le col du vêtement et toute la partie supérieure était brodé avec des fils d'or pour former un entrelacement harmonieux de lignes, il en allait de même pour la partie inférieure du haut, qui s'arrêtait au-dessus du nombril. En bas elle portait un pantalon en toile, une première ceinture blanche crème surmontait le pantalon rouge, puis une seconde en cuir brun venait croiser la première et ses deux épées y étaient attachées, ses dagues étaient portées à la main pour le moment, mais apparemment elle n'allait pas les transporter ainsi tout le long du chemin. Par-dessus le pantalon, mais semblant en faire partie intégrante, une sorte de cape voletait derrière elle, le morceau de tissu s'attachait soit à la ceinture blanche, soit au pantalon lui-même. Des deux côtés, intérieur et extérieur, on voyait des flammes brodées d'or et les surplombant un phénix prenant son envole.
Lyana avança jusqu’à son sac qu’elle avait laissé avant d’aller se changer et y rangea ses vêtements de voyage. Elle sortit de son sac deux fines lanières de cuir clair, qu’elle passa à la ceinture blanche et elle y attacha ses dagues.


-Voici les vêtements de la reine des elfes de feu. Le tout dans les règles de l’art, élégants et pratiques. Le laissé passé pour entrer chez Morgana Mindel en étant immunisé diplomatiquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://auros.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une elfe en mal de son pays [PV Alarik et Loadon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Auros :: Archives RP-
Sauter vers: