AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Alarik ou le prométhé de la guerre... [finis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alarik ou le prométhé de la guerre... [finis]   Mar 7 Juin - 13:36

~Alarik Elensar~

Généralités :
  • Nom :Elensar
  • Prénom :Alarik
  • Age :Il paraitrait que j’ai une vingtaine d’année, enfin je dis cela car c’est ce que mon apparence peut dévoiler de moi. En réalité je ne sais qu’elle âge je pourrais avoir, comme je ne sais combien de temps il me reste a vivre sur ce monde.
  • Date de naissance :Plus qu'une date de naissance pour moi, il s'agit plus d'une date de création. Malheureusement ce renseignement ne m'a pas été donné, il parait que cette donnée ce trouve dans un carnet qui aurait disparu ou alors que quelqu'un aurait en sa possession...
  • Lieu de naissance :Dans les sous sols d'un laboratoire, ou plutôt dans un lieu tenu secret mais maintenant détruit. En effet je vis le jour dans un laboratoire qui ce trouvait sous la bibliothèque de la ville humaines...
  • Race:Je ne sais pas ce que l’on peut qualifier de race, et puis dire une telle chose me semble insultant. Je préfère parler d’ethnie, ou d’appartenance a un peuple que d’une race. Mais vous, comment qualifieriez vous un être créé de A à Z ? Peut être suis-je humain après tout, ou alors assimilé comme tel…
  • Éléments souhaités : Je ne maitrise que très peu la magie, voir pas du tout c'est donc pour cela que j'ai fait un marché avec dame Minami afin de recevoir un entrainement. En revanche mes armes ont des facultés qui seront explicité plus bas...
  • Métier :Je n’ai pas été créé dans le but de servir quelqu’un ou une idéologie : je suis sur terre afin de faire régner la paix en détruisant ce qu’il ce trouve sur terre. En d’autre termes je suis une arme de destruction massive, une sorte de soldat d’élite que rien n’arrête.
  • Camp choisisJe ne fais partis d'aucun "camp", je suis un vagabond qui cherche sa place en ce monde...


A quoi ressemblez vous?
  • Physique : Mon apparence… Ou tout du moins ce a quoi je ressemble, c’est cella que vous désirez ?
    Je ne suis pas de ceux qui partagent un patrimoine génétique qu’ils ont depuis des générations grâce a l’avènement de leurs familles. Au contraire, je peux me considérer comme un être unique par la bonne et simple raison que je suis la création, le rêve, l’utopie d’un homme qui voyait en moi le descendant d’Adam : l’être parfait en somme. Il m’a créé comme les critères de beauté l’exigent. Et pourtant on en me donnerait qu’une quinzaine d’année c’est donc pour cela que l’on me traite comme un enfant. Moi qui ne sais pas ce que l’enfance signifie.
    Je mesure un mètre soixante quinze, pour une masse de soixante dix kilos. Mais ici ce n’est pas de la graisse dont je parle mais plutôt d’une musculature qui n’est pas vraiment mienne. Après tout je suis une âme crée dans un corps créé lui aussi alors es que je peux vraiment me décrire moi-même ?

    Je suis coiffé d’une manière peut commune mais cela me va parfaitement : de longues mèches me tombent sur les tempes tandis que mes cheveux sont coupés assez courts au dessus de mes oreilles ; ces derniers sont dirigés vers l’arrière pour rejoindre ceux de ma nuque qui sont hérissés ; une frange en bataille recouvre mon front et quelque fois qui tombe dans mes yeux. Cette chevelure est de couleur bleu nuit dont les reflets sous la lune sont argentés.
    Mon visage est fin, presque efféminé même. Des pommettes douces et saillantes, des joues fermes et un menton un peu plus masculin. Là-dessus ajoutez une bouche fine qui ne montre que trop peu mes émotions, et un nez a l’effigie du reste. Un regard glacial vient finir ce portrait : des yeux en amandes, droit et emplis de tristesse prennent une couleur bleu a la limite du blanc. A croire que mon créateur voyait en moi un mélange de froideur et de douceur : comme le feu et la glace qui sommeille au centre de notre belle planète.

    Comme je le disais plus haut, mon corps a été fait tout en muscle : un buste taillé en V mais non proéminent, des abdominaux soulignés mais qui ne ressortent pas complètement. Sur ce buste vient ce greffé des bras fins mais dont les muscles ressortent allègrement ; je dis bien greffer car il y a tout autour de mes épaules les marques d’une opération. Dans mon dos une marque est visible, telle une scarification ou une brulure : le symbole de l’infini ou le sceau qui a été fait pour enfermer ma puissance au sein de moi-même.
    Mon corps est longiligne et élancé, pourtant il garde une certaine dose masculine souligné par cette musculature qui n’est pas vraiment mienne a rai dire. Je ne sais d’où vient ce corps mais je sais comment je l’habille.

    La seule chose qui me reste de mon créateur est un collier, ou plutôt un pendentif sur lequel trône une magnifique pierre de lune bleue. Je ne saurais vous dire si elle possède des pouvoirs mais en tout cas elle est devenu précieuse a mes yeux. Je porte un long manteau noir, sans manche, dont le col remonte jusque le bas de mon nez. Là dessous ce trouve un maillot sans manche de couleur noir également sur lequel est dessiné un lotus pourpre en bas a gauche.
    Pour cacher mes cicatrices j'ai entourés mes épaules avec des bandes en coton blanc. Je porte des gants en cuir, noir également, qui remontent jusque mes poignais. Une sacoche est accroché a mon manteau sur mon côté gauche, cela me permet de stocker quelque vivre et poison mortel.

    Et pour faire dans l'originalité mon pantalon est en cuir noir avec une ceinture qui pend du coté droit, la ceinture est blanche et noir dont l'enchainement des couleurs est en forme de damier. Une chaîne est visible, et celle-ci part de ma poche droite pour rejoindre ma poche arrière gauche. Le tout ce termine par une paire de chaussure noir tout ce qu'il y a de plus simple.

    Voilà qui termine mon portrait...



  • Mental :Je ne sais pas ce qu’est une personnalité, je suis un être fabriqué par un homme qui cherchait la perfection alors suis-je le symbole de cette perfection ? Mais d’après mes congénères je suis plutôt l’antithèse de cette perfection qu’on a cherché a faire de moi…

    Je suis méfiant envers quiconque, je ne crois en personne a part en moi, je suis sceptique en tout ce qui m’entoure : oui j’ai été créé comme quelqu’un de paranoïaque. Si on m’a créé pour détruire c’est qu’il y a une raison : la décadence du monde que je dois soigner et bien dû aux misérables qui la peuple. Alors comment faire confiance a des personnes qui ne sont bons qu’à faire le mal ? Je parle de mal mais je n’ai aucun concept de « bien » ou de « mal » ; chaque action a des conséquences présentes ou futur alors, tout est calculé et rien n’est laissé au hasard : voilà l’héritage que ma légué mon créateur. Une pensée différente de celle des peuples que je dois sauver par la destruction.

    Je ne montre que rarement d’émotion car je ne sais pas ce que le mot « émotion » signifie, d’après ce que j’en ai vu il s’agit d’un cycle dans le corps pour vous faire ressentir les choses, comme une extension des sens. Mais moi j’ai des sens et pourtant je ne sens rien : ni haine, ni colère, ni amour. Rien. Alors c’est en cela que certaine personne me dise lunatique, ce qui est faux par définition car je n’éprouve pas de sentiment. D’autre vont vous certifier que je suis quelqu’un d’erratique, et je me reconnais plus dans ce mot : l’irrégularité.

    Je cherche a trouver ma place parmi tant de peuple, alors il m’arrive de faire preuve de ce que l’on appel « la gentillesse », concept que je ne cerne pas toujours, mais je suis tout aussi capable de tuer et détruire la même personne qui a reçu un acte « gentil » de ma part.

    Je prends plaisir a engendrer la mort et la destruction, je me considère comme un émissaire de la mort. J’ai pour mission de soigner le monde et le meilleur moyen pour y arriver est encore de semer la mort afin de faire régner la terreur ce qui engendra la paix sur une terre désordonné. Ceci est la vision de mon créateur, moi je ne fais qu’obéir aux ordres qui m’ont été inculqué : je ne sais pas quelle est ma place ici bas ; je cherche, j’étudie mais rien ‘y fait, je ne sais pas où est ma place.

    Je suis souvent seul, solitaire mais je me plais là dedans. Je ne peux me résoudre a faire confiance a quelqu’un, il m’est arrivé d’avoir des aventures avec des femmes pour chercher un peu de sentiment mais rien n’y faisait ; alors après une nuit chaude je les tuais pour trouver un peu de réconfort. Alors on va vous dire que je suis un psychopathe, méprisant le danger : mais pour moi je cherche plus a connaitre mes limites, je cherche une signification a ma création, a mon apparition.

    Serais-je seulement une machine destiné a semer chaos et destruction ?
    Pour répondre a cette question je me fais aider par une personne que je vois maintenant comme mon mentor, comme un guide spirituel. J'espère a présent passer outre le but de création et devenir un être a part entière de ce monde....



  • Manies :Je cherche a comprendre le monde qui m'entoure, parfois ce désir me pousse a vouloir effectuer des expériences sur les corps de ceux qui ce trouve autour de moi

  • Peurs :Je ne sais pas ce qu'est la peur donc je ne saurais répondre a cette question...

  • Arme de prédilection :Je ne manipule pas d'arme a proprement dit, enfin j'entends par là que je n'ai pas d'armes apparentes sur moi. En effet les lames que je manipule ce trouve dans une faille de mon corps, il met donc permis de les faire sortir comme bon me semble.
    Je maitrise 10 lames différentes, chacune avec des points forts mais aussi de lourd point faible:


    Citation :
    Mūnburēdo
    Spoiler:
     
    Points forts: cette arme a la faculté d'être très nocive pour les loups garous, une coupure de cette lame et la blessure ne peut guérir avec leur faculté de régénération. De plus elle me permet d'avoir une vitesse équivalente a cette race d'homme loup.

    Points faibles: cette lame a la fâcheuse tendance a aspiré l'énergie magique de son propriétaire, en effet elle aspire 5% de mon énergie par tour dès que ma main est posé sur la garde.
    Citation :
    Rei-ka idearu
    Spoiler:
     
    Points forts: une épée qui est faite pour tuer des elfes, quel qu'il soit. En effet elle me donne une agilité accrue, une force magique plus puissante, une vitesse légèrement supérieur, une force titanesque presque.

    Points faibles: cette lame ne peut blesser uniquement les elfes, si j'en use sur une autre race en plus de soigner mon adversaire je subis moi même les dégâts que j'aurais du infliger.

    Citation :
    Itan sorusutisu
    Spoiler:
     
    Points forts: cette lame est faite pour abattre du vampire. En effet elle est très efficace contre cette race de suceur de sang, chaque entaille les brules comme la lumière la plus pure qu'il soit. De plus elle m'octroie une force et une rapidité très supérieur a la normale.

    Points faibles: cette épée réclame du sang, celui de son propriétaire où celui d'un tierce. Alors dès que je pose la main dessus des sortes de vaisseaux ce glisse en moi pour ce fixer a mes veines. Si a chaque tour je n'ai pas entaillé mon adversaire je perds 2% de ma vie maximale.

    Citation :
    Yoru no hana
    Spoiler:
     
    Points forts: cette lame est faite pour détruire les chimères, elle me donne la faculté de diminuer la résistance de mon adversaire en lui aspirant son énergie. Mes coups deviennent moins facile a esquiver et plus puissant.

    Points faibles: elle a besoin d'énergie pour fonctionner donc en plus d'absorber l'énergie de l'adversaire elle absorbe ma vie a hauteur de 8% tout les deux tours.

    Citation :
    Shishi no kiba
    Spoiler:
     
    Points forts: cette lame rentre comme dans du beurre dans la carapace des dragons tout en leur retirant un peu d'énergie magique. De plus elle augmente ma vitesse légèrement.

    Points faibles: la lame diminue ma force physique en plus de me retirer 1% de vie par coup touchant ma cible.

    Citation :
    Satsugai-sha
    Spoiler:
     
    Points forts: cette arme, bien qu'elle semble fragile, est une des plus violentes. En effet elle a été créé pour tenir tête aux plus puissants des orcs. Elle augmente ma force physique de façon hallucinante, presque inhumain pour ainsi dire.

    Points faibles: en utilisant cette lame ma vitesse diminue énormément.

    Citation :
    Tsumi no ha
    Spoiler:
     
    Points forts: cette lame a été conçu pour faire face aux plus puissants guerriers des hommes. Elle augmente ma rapidité, mon agilité, ma résistance et ma force.

    Points faibles: en contrepartie elle diminue ma puissance magique et ce nourris de mon énergie a hauteur de 3% par tour.

    Citation :
    Kazeshini
    Spoiler:
     
    Points forts: elle me permet d'utiliser la magie de la foudre dans le fait qu'elle est capable de créer des arcs électriques très puissant.

    Points faibles: en revanche elle se nourrit de mon énergie magique (2% par coup) et me blesse continuellement (1% par tour) en faisant parcourir en moi un courant électrique.

    Citation :
    Honoo kuro
    Spoiler:
     
    Points forts: elle peut faire jaillir des flammes ardentes.

    Points faibles: elle diminue ma force physique et se nourrit de mon énergie magique (2% par coup)

    Citation :
    Gisgaïa
    Spoiler:
     
    Points forts: elle me permet de manipuler la terre quand ma lame est planté dans le sol tout en augmentant ma force physique.

    Points faibles: ce katana diminue ma vitesse et se nourrit de mon énergie magique (2% par tour)




  • Histoire :Peut on réellement dire que je possède une histoire? Pour moi, ou tout du moins ce que j’en ai lu dans les livres, une histoire commence par un « Je suis né » alors que moi je n’ai pas vu le jour. Enfin pas comme vous le concevez vous. Mais je vais tenter de vous conter mon épopée passé.

    Il y a de cela des années maintenant une guerre faisait rage dans les terres, un combat qui mettait en conflit le peuple des hommes avec ceux des autres contrés. Une guerre qui me na bien des morts sous terre, mais cela n’était pas encore assez pour l’avarice de l’homme.
    Pour cela la reine qui menait d’une main de faire son peuple pour la reconnaissance lança un assaut contre un peuple qui lui tenait toujours tête : les elfes. Elle n’arrivait pas a concevoir que son armé, si puissante qu’elle soit, se fasse terrasser par des mangeurs de salade. Alors une fois n’est pas coutume elle affronta ce peuple qui ne voulait céder. Dans cette bataille bon nombre d’homme comme d’elfe perdirent la vie pour un résultat plutôt médiocre : la reine des hommes n’avait pas remporté la victoire tant espéré. Au lieu de cela elle ce trouvait devant une terre désolé, qui n’abritait plus la vie et la nature mais la mort et la friche.

    Mais avant de partir elle prit un elfe qui était entrain de rendre l’âme, un elfe dont la magie était si forte que même la mort n’arrivait pas a lui prendre son âme. Avec les moyens qu’elle possédait elle réussi a faire de cette elfe sur son lit de mort, un elfe que jamais nous n'aurions pu reconnaitre : son corps brulé était recouvert d'un alliage d'aluminium des plus léger, laissant la peau respirer, ces articulations meurtris devenaient la proie de broche en tout genre. Mais même avec ce cadeau, cette nouvelle vie que lui avait offert le peuple des hommes, il haïssait et réclamais vengeance pour son peuple qui avait été la proie a un horrible génocide. Cette haine brulait au fond de lui et pourtant il ne fit jamais rien pour sauver l’honneur de son peuple déchu.

    Jusqu’au jour où la reine fit une commande a l’elfe, lui qui connaissait des magies interdites et puissante, elle lui demanda de créer une arme qui lui permettrait d’asseoir encore plus sa domination sur le monde. A contre cœur il se mit a la tache, nuit et jour il cherchait et élaborait des plans pour répondre aux désirs de sa sauveuse…
    Il imaginait des armures résistantes a toutes magie, des armes qui seraient capables de détruire des peuples a elle toute seule : mais il ne voulait pas donner aux assassins de ces frères une arme qui prendrait la vie d’encore trop d’innocent. Il lui fallait créer autre chose, quelque chose qui n’était pas matériel : c’est là qu’il eu une idée contre nature. Et s’il créait la vie pour en faire une machine de guerre ? Oui c’était l’idée parfaite…

    Il fit un nombre incalculable d’ébauche dans des carnets, des théories concernant son projet qu’il intitula : projet arme X. Il voulait un homme, oui un homme dont la puissance ne pourrait pas être égalée. Un être alliant beauté et force : alors il ce mit au travail et demanda un laboratoire pour ces expériences. La reine aveuglé par le pouvoir accepta sans hésitation et fit construire un laboratoire sous une bibliothèque afin qu’on ne puisse jamais la trouver.
    Elle y mit a l’intérieur le meilleure équipement qu’il soit : des tables d’opérations avec des instruments aussi étonnant que flippant, des machines fonctionnant a la magie qui recréait l’air, des machines capable de maintenir la vie et d’autre encore plus folle. L’elfe avait tout ce dont il avait besoin.

    Il se renseigna sur la façon de greffer une âme sur un cadavre mais malgré tous les corps qu’on lui apporta aucun ne prirent vie. Alors au lieu de greffer une âme il fallait en créer une : il écrivit sur son carnet les caractéristiques qu’il voulait pour le sujet X. Maintenant il lui fallait un corps : a la fois jeune et puissant mais rien ne lui tombait sous la main alors il ce décida de créer également ce corps.
    Il créa un buste en recopiant le schéma calcique des os, puis celui des tissus musculaires et autres micro-organismes d’un corps en bonne état de vie. Le problème qui ce posait c’est qu’il n’arrivait pas a créer des bras et des jambes : son génie ce limitait a un buste et un corps. Mais qu’importe il alla en secret dans un cimetière pour détrousser les bras a un mort, ainsi qu’une paire de jambe. Il avait enfin le corps dont il rêvait pour son pseudo monstre.

    Mais voilà le plus dur était encore de donner une âme a ce corps inanimé : pendant une semaine entière il resta dans son laboratoire en faisant des cercles et dessins runiques pour fixé l’âme qu’il avait en tête. Après un lourd tribu il arriva a ces fins et ça chose prenait vie… Ou plutôt je prenais vie…

    Il ne s’arrêta pas là malheureusement. Il m’enferma dans une cellule qui me maintenait en vie, faisant divaguer mon esprit encore jeune alors que mon corps flottait dans un liquide qui nourrissait mon corps. Il fit un nombre incalculable d’expérience sur moi. Il m’injecta du cyanure de potassium pour savoir si le poison avait un effet sur moi : a sa grande surprise mon corps l’assimila, mon être tout entier luttait contre ce poison. Puis il testa plusieurs maladie, ou encore m’enleva ma nourriture dans le liquide pour voir combien de temps je tenais : conclusion, je suis un être qui ne peut être atteint par la peste ou le collera et qui peut tenir deux semaines sans ce nourrir. Le problème de la résistance était enfin résolu pour lui, il continuait de tout noter sur son carnet.
    Mais le sujet X, moi, ne possédait rien pour affronter ces adversaires alors il reprit les ébauches du départ et créa 10 épées et y insufflai sa puissance magique pour les rendre a la fois puissantes et terriblement destructrice : des armes qui sèmeraient la mort.

    La première chose que je sentis de ma vie : la douleur. Au lieux d’en faire un arsenal il préféra les placer a l’intérieur de moi : il utilisa une magie interdite de l’espace pour former en moi une faille spatio-temporel dans laquelle il plaçait ces créations. La souffrance que j’ai pu endurer est innommable : pendant 16h d’affilé mon visage était parsemé de larme, mes cris ce perdaient dans ce qui me servait a respiré, même la dose de somnifère qu’il augmentait a chaque fois ne suffisait pas a me faire oublier ce mal si profond. Par chance je survécu a cette acte barbare qui me rendit plus puissant que jamais. Mais il avait caché quelque chose en moi qui ne fis pas plaisir a la reine : une arme qui était capable de les tuer : oui il avait caché en moi sa haine et son désire de vengeance.

    Un détachement de soldat d’élite fut envoyé pour tuer l’elfe ainsi que sa créature. Mais une ombre suivit ce groupe. L’elfe avait pressentit cela alors il cacha ces croquis et son carnet avant que les soldats ne le trouve : il n’eut pas le temps de s’expliquer qu’il se retrouva percer par quatre lame en acier trempé. Son regard était dirigé vers moi, un sourire était visible sur ces lèvres alors que son corps ce vidait de son sang. Il eut un rire guttural avant de cracher une gerbe de sang sur le sol, activant ainsi un cercle qui me libéra de ma prison de liquide.
    Les soldats me regardaient, ébahis, stupéfait que l’elfe est réussis a créer la vie. L’air me brulait les poumons j’avais la sensation que quelque chose me tuais de l’intérieur, je n’eus pas le temps d’épiloguer sur cette sensation qu’on m’attaquait.

    Par reflexe je m’esquivai sur le côté puis je me ruai sur l’homme au bout de la lame, lui planta ma main dans la gorge qui était a découvert. Il tenta de retenir le sang qui sans échappait mais rien n’y faisait. Les autres regardaient la scène sans le moindre sentiment, mais moi non plus je n’éprouvais rien : ni haine, ni sentiment de plaisir ou de pitié. J’étais l’arme tant rêvé par mon créateur.
    J’utilisai la puissance qu’il venait d’enfouir en moi et douze épées semblèrent sortir du néant, laissant une simple trace noir dans l’air. Elles tournoyaient autour de moi comme pour me protéger, je tendis la main et l’une d’elle se présenta a moi, alors je m’en saisis. Au même moment un des soldats plongea en fente sur moi.

    Instinctivement je parai le coup avec lame qui faisait le prolongement de mon bras, d’un mouvement du regard je donnai l’ordre a mes lames de planter le pauvre homme : dans un geyser de sang il poussa un cri aigüe qui résonnait dans ma chair comme dans la chapelle d’une église vide. Le reste du groupe voulut s’enfuir mais nous étions enfermé dans ce qui allait bientôt ressembler a une morgue sou l’œil attentif d’une tierce personne. Je ne su pourquoi mais je me ruai sur le groupe de trouillard, cherchant du réconfort dans le fait d’enlever des vies avec cette puissance qui était mienne.
    Je changea d’épée et réussis a envoyer une gerbe de flamme qui fit roussir deux gardes sur la dizaine qui restait, encore un changement d’épée et un pique sortit du sol embrochant un soldat terrifié et un des corps calcinés faisant ainsi un peu de décoration.

    Dans un geste de peur un dernier voulu m’affronter, s’en suivis un entrechoquement de lame jusqu’au moment où je ne trouvais plus de plaisir. Je lui assenai un coup de coude dans l’abdomen, faisant plier le métal de son armure et brisant trois côtes. Encore un changement d’arme et des éclairs sortant de la lame brûlaient le corps de l’homme qui implorait pitié. Le restant du groupe cherchait a briser les murs mais ce fut vint.
    Je me lançai sur un des gardes qui me tournait le dos et lui planta ma lame, la faisant ressortir par la bouche du bout de chair sans vie. Je lâchai mon arme puis en attrapa une autre pour fendre l’armure et mettre a l’air ces boyaux qu’il tentait de remettre a leur place dans des mouvements saccadés. Les deux qui restaient encore debout réclamait ma clémence : je m’emparai d’une nouvelle lame et gela leur corps avant de les briser en mille morceaux d’un coup sur le côté.

    L’âme bien tranquille qui m’avait observé tenait un livre, ou plutôt un carnet. Je m’apprêtais a la tuer quand cette dernière ce mit a chanter. Je ne sais comment mais ce son résonnait en moi et me faisait perdre conscience. Je ne me rappel que peux de ce qui c’est passé après mais je me réveillai dans un lit d'une petite auberge.

    A mon chevet ce trouvait la jeune femme qui m’avait réduit a l’état de légume mais je n’avais plus aucune envie de tuer, ni haine en moi. Elle refermait le carnet qu’elle lisait en me voyant les yeux ouverts. Elle m’explique que j’étais une création et qu’elle avait scellé en moi la puissance destructrice qu’elle avait pu admirer. Cette femme était Lyanëael Minami, la souveraine de mon créateur. Je ne su comment l’expliquer mais je lui donnai ma parole que je ferais tout pour la protéger, quoi qu’il arrive, que cette vie sans but était sienne a présent. Elle esquissa un sourire avant de me donner des affaires et de partir me disant de la rejoindre au plus vite…

    Tel est l’histoire de la créature que je suis.



  • Autres:
    Comme il a été dit précédemment: je suis scellé. J'entends par là que ma puissance n'est pas entière.
    En effet elle est trop destructrice et c'est pourquoi Lyanael est la seule qui peut agir sur ce sceau. Elle peut décider de me rendre ou non ma véritable puissance sous forme d'un pourcentage. A présent je suis un homme comme les autres a la différence près que je suis légèrement plus puissant mais je ne sais pas du tout me servir de la magie.

Code :Validé


Dernière édition par Alarik Elensar le Jeu 9 Juin - 20:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Alarik ou le prométhé de la guerre... [finis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Auros :: Archives RP-
Sauter vers: